« Chrétien lifestyle », le coloriage pour adultes ?

Le coloriage, « ce n’est pas que pour les enfants ! » Mais son versant pour adultes, inspiré de l’art bouddhiste, peut-il être « chrétien lifestyle » ?
Affiche du film « Etre et avoir » de Nicolas Philibert(2002)

Les livres de coloriage sont généralement destinés aux enfants, mais il en existe aussi pour adultes. Cela vous fait-il sourire ?

A ce sujet, vous vous souvenez sans doute encore comment Francesco Totti a parfaitement su jouer du « coloriage pour adultes ». Souvent moqué pour ses gaffes, le footballeur romain Francesco Totti, plein d’autodérision, avait fini par retourner la situation à son avantage en publiant un livre intitulé « Toutes les blagues sur Totti » (2003), un recueil d’histoires éculées dont il est le héros. Ainsi, par exemple : « Tragique nouvelle dans les journaux : la bibliothèque de Totti a brulé. Elle contenait deux livres. Réaction de Totti : « Oh, non, le deuxième, je n’avais pas encore fini de le colorier ». Le livre est un succès phénoménal : plus de 800.000 exemplaires vendus ! Une partie des bénéfices ont été versés à plusieurs associations à but humanitaires.

Aujourd’hui, l’art du coloriage pour adultes ne fait plus sourire puisqu’il est en pleine expansion. Au cas où cette tendance étrange vous aurait échappé, rappelons qu’elle a débuté en 2012, simultanément en France et aux Etats-Unis. Le coup de génie (marketing) des maisons d’édition a été de rajouter aux titres de ces livres les termes « art thérapie», «mindfulness» (« pleine conscience ») ou « anti-stress », situant l’acte de colorier quelque part entre la psychothérapie et la méditation.
Ainsi, ces livres de coloriage pour adultes nous invitent à nous détendre grâce à une activité créative et relaxante, se présentant comme une manière de se recentrer sur soi, de lutter contre le stress et la dépendance aux écrans, mais aussi comme un retour à l’enfance permettant ainsi de libérer son esprit et de se livrer à une expression artistique.

Et aujourd’hui, les chrétiens ont leurs propres cahiers, que l’on peut se procurer dans toutes les librairies (chrétiennes) ou en ligne, sur les sites dits « chrétiens lifestyle » (un autre coup marketing ?), et qui leur offrent la possibilité de méditer un verset ou une promesse de la Bible.

Mais ces « nouveaux coloriages pour adultes » chrétiens sont-ils de bons moyens – « sans danger » – de méditer la Bible ?

A ce sujet, il est bon de savoir que ces fameux coloriages pour adultes, chrétiens ou non, s’inspirent des techniques de Mandala, un art bouddhiste très ancien, pratiqué depuis des siècles….La première ouverture dans l’utilisation thérapeutique du mandala vient de Carl Gustav Jung, psychiatre suisse et élève de Freud.

Sachant cela, « où serait le problème », vous demandez-vous peut-être ?
Questionné sur ce sujet, le répondant du site « 1001 questions » souligne qu’ « à la différence de ce que nous vivons en Occident, la séparation entre le sacré et le profane, le spirituel et le culturel est très floue en Orient. Dès qu’il s’intéresse à une pratique ou à une pensée orientale, le chrétien occidental est donc appelé à la vigilance ».
En effet, le Mandala, dont le terme sanskrit signifie « cercle » et par extension « sphère », « environnement », « communauté », désigne avant tout l’entourage sacré d’une divinité. Ce diagramme symbolique peut alors servir de support de méditation en lien avec cette divinité. Le méditant se projette dans le Mandala avec lequel il se fond.
Comme le relève encore le répondant de « 1001 questions », les mandalas bouddhistes sont aussi faits « pour aider à la procuration de certaines émotions, comme peuvent le faire un chant, une position du corps ou la décoration d’un lieu de rassemblement. D’ailleurs, le rôle de certaines décorations (telles que les rosaces) d’églises catholiques ressemble fort à celui des mandalas pour les bouddhistes. Si un coloriage est fait dans le but d’aider à la relation avec le Dieu unique adoré par les chrétiens, cela peut être un support comme un autre à la spiritualité chrétienne ». Or, comme déjà souligné plus haut, le mandala permet plutôt à la personne qui le colorie de se recentrer sur elle-même.

D’autre part, il importe aussi de comprendre, comme nous l’explique le Pasteur Gilles Boucomont dans son « Au Nom de Jésus : libérer le corps, l’âme, l’esprit » (Ed. Première partie, 2010, p 270), que « méditer », selon les techniques inspirées des spiritualités extrêmes orientales, « consiste à fixer son attention spirituelle sur un objet de façon à dissocier son esprit de la partie affective et sensible de l’âme, ce qui nous fait dissocier », ou, « beaucoup plus dangereux, si une induction de type hypnotique est posée, sortir en esprit ». La « sortie en esprit » n’a rien de « cool » ou de positif, car « notre esprit est fait pour être [protégé] dans notre âme, notre âme dans notre corps et notre corps les pieds sur terre » ! (op. cit.) A l’inverse, rappelons-le, « méditer » un texte biblique ne signifie pas « faire le vide » en soi pour privilégier une sorte de « fuite », mais plutôt mettre en relation ou relier ce que nous séparons si souvent : pensée et action, vie intérieure et extérieure, l’esprit et le corps.

C’est pourquoi, comme nous y invite le répondant de « 1001 questions » cité plus haut, « nous pouvons sérieusement nous interroger sur une certaine fascination des chrétiens occidentaux pour des pratiques orientales, et plus généralement liées au mouvement New Age. Y aurait-il une carence dans les pratiques des églises occidentales pour accompagner à la croissance en Christ ? Ou bien cet attrait est-il (au moins potentiellement) idolâtre ? »

La discussion est ouverte ! Et l’enjeu est de taille : car, comme le rappelle encore Gilles Boucomont (Au Nom de Jésus : mener le bon combat. Ed. Première Partie, 2011, p 329), « les cultures sont des religions. Rien n’est simplement culturel, dans la mesure où une culture est ce qui relie plusieurs personnes, ce qui est l’exacte définition d’une religion ! Et quand l’Eglise s’inculture en profondeur [en faisant sienne une certaine pratique ou une certaine mode], cela veut dire la plupart du temps, qu’elle plie le genou devant des autorités spirituelles [liées à ladite pratique] et qu’elle laisse le témoignage aux gens de l’extérieur l’image d’un Christ pliant le genou avec elle » !

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s