Comment reconnaître une #FAKENEWS ?

Aujourd’hui, il semble venu ce moment « où certains ne veulent plus écouter l’enseignement juste. Mais suivant plutôt leurs désirs, ils font appel à une foule de maîtres qui leur disent ce qu’ils ont envie d’entendre. Ils ferment leurs oreilles à la vérité et les ouvrent pour écouter des histoires fausses » (2 Tim.4v3-4. Parole de Vie). 

« Depuis le prophète jusqu’au prêtre,
Tous usent de tromperie. […]
Paix ! paix ! disent-ils ;
Et il n’y a point de paix. » (Jérémie 6v13-14)

Souvenez-vous…« Fake news » avait été désigné « mot de l’année » par le dictionnaire Collins en 2017. Le terme-valise de « fake news » désigne « des fausses nouvelles qui peuvent prendre en réalité plusieurs aspects. Ce sont des formes de désinformation spécifiques aux réseaux sociaux : ainsi, les fausses informations inventées de toutes pièces, les faits détournés, ou encore les informations présentées selon un certain angle »(1).

Aujourd’hui, Emmanuel Macron veut « protéger la vie démocratique des fausses nouvelles ». Le Président français a déclaré, lors de ses vœux à la presse, mercredi 3 janvier, qu’il souhaitait une nouvelle loi pour renforcer le contrôle sur internet et lutter contre les « fake news » en période électorale. Mais quel contenu peut être considéré comme une « fausse nouvelle » ? Quelles mesures seraient mises en place ? Mais au-delà des nombreuses interrogations soulevées par le projet du chef de l’État(2), comment reconnaître des « fake news » dès qu’elles se présentent ?

La grâce peut-elle être « bon marché » ou a-t-elle un prix ?

Ainsi, par exemple, « l’Évangile de la grâce à bon marché » en est-il une, comme le demande l’internaute « Henry » aux « Répondants » de « 1001 questions » ?

La question peut se poser en effet, car il n’y a pas que les politiques qui sont des trompeurs. Les théologiens le sont aussi souvent. On prétend même méchamment que le saint patron des théologiens est le Serpent de la Genèse. Car il est le premier à avoir enclenché la sacro-sainte « pensée critique » avec son : « Mais… Dieu a-t-il vraiment dit… ? » (Genèse 3v1).

Une fausse prophétie est une fausse information.

Une parabole tordue pour la mettre à notre service est une fausse information, un mensonge.
Une prédication de la grâce qui ne conduit pas à la repentance, à l’humilité, à fuir le péché et à changer de vie est une fausse information, une grâce qui n’est pas donnée par Dieu.

La suite sur 1001 questions.

 

Notes : 

(1) Essais de définitions sur La Croix et Télérama.

(2) Lire, par exemple, l’analyse de France Info.

Lire toute la Bible en un an pour 2018

« La lecture de la Bible est à la fois facile et difficile. Une clé de compréhension est de se montrer disponible et disposé, plutôt que de se préoccuper de ce que nous ne comprenons pas sur le moment ».

Chères lectrices et chers lecteurs de la Bible, voici, pour l’année 2018, une proposition de plan de lecture quotidienne et régulière de la Bible pour tous, élaboré par le pasteur Thierry Keiflin et découvert en 2017.

Ce plan me paraît bénéficier de plusieurs atouts :
Tout d’abord, il a l’intérêt, dans un souci d’équilibre d’une lecture sur l’année, d’alterner, pour l’Ancien Testament, « la loi, les prophètes et les autres écrits (de sagesse) », avec une meilleure répartition des psaumes et des proverbes ; il permet aussi, pour le Nouveau Testament, de relire plus souvent et plus régulièrement les 4 Evangiles.
Ensuite, il privilégie un découpage par verset plutôt que par chapitre. Ainsi, lire chaque jour environ 60 versets pour l’AT et 20 versets pour le NT permet de lire toute la Bible en un an.
Enfin, chaque jour est proposé une lecture dans les deux testaments.
Variante : si vous débutez, commencez plutôt par une lecture quotidienne de 60 versets, en alternant un livre du NT puis de l’AT.

Ainsi, pour débuter une lecture, dès janvier 2018 :
Jour 1 : Genèse 1/Proverbes 1/ Luc 1v1-25 (ou Jean 1v1-18)

Jour 2 : Genèse 2-3/Psaume 1/Luc 1v26-45

Jour 3 : Genèse 4-5/Psaume 2/Luc 1v46-66

Jour 4 : Genèse 6-8/Luc 1v67-80

Jour 5 : Genèse 9-10/Luc 2v1-32

Jour 6 : Genèse 11-12/Psaume 3/Luc 2v33-52

Jour 7 : Genèse 13-15/Luc 3v1-20

etc…

Ces modalités pratiques mises à part, un élément fondamental est à garder à l’esprit, que vous débutiez ou non dans la lecture de la Bible : il est essentiel, si l’on veut comprendre toute la Bible dans sa globalité, de l’aborder à la lumière de la personne et de l’œuvre de Jésus-Christ pour tous les hommes.

Le Nouveau Testament (NT) est explicitement centré sur l’œuvre et la personne de Jésus-Christ : c’est pourquoi il est bon de débuter par un Évangile, « la Bonne Nouvelle », qui est un récit de la vie de Jésus.
Pour ceux qui seraient encore peu familiers de la Bible, on trouve quatre Évangiles, désignés par le nom de leurs auteurs : les Évangiles selon Matthieu, Marc, Luc et Jean. Marc est sans doute l’idéal, car plutôt court, avec beaucoup d’action et peu de discours. Mais il pourra paraître trop court pour certains. Jean est souvent conseillé en première lecture, car son auteur est l’un des douze disciples et considéré comme l’un des amis proches de Jésus. Il raconte donc ce qu’il a vu d’une manière unique, en s’attachant à nous en donner le sens. Cependant, il peut paraître parfois déroutant au début. Mieux vaut finalement commencer par Luc, un Évangile complet et bien construit qui parle souvent de joie ; ou par Matthieu, qui contient beaucoup de paraboles, des histoires racontées par Jésus, présenté dans cet Évangile comme le Messie promis.
Ensuite, si vous souhaitez découvrir comment les premiers chrétiens ont donné suite au message de Jésus-Christ, poursuivez votre lecture avec les Actes, qui est la suite directe de l’Evangile selon Luc. Les textes suivants du NT sont les épîtres (ou lettres) du Nouveau Testament, lesquelles exposent le contenu de la foi des premiers chrétiens(Ex : celles de Paul – Galates, Philippiens, 1-2 Corinthiens, Philémon – de Jacques, de Pierre ou les trois petites épîtres de Jean, à la fin du NT). Ils se trouvent entre les Actes et l’Apocalypse et peuvent vous aider à comprendre en quoi la vie, la mort et la résurrection de Jésus peuvent changer votre vie, aujourd’hui. L’Apocalypse n’est pas un « récit catastrophe » mais plutôt la « révélation de Jésus-Christ » (Apoc. 1v1).
« En clair », souligne notamment Timothée Minard(1) : « il nous apparaît impossible de lire un passage du Nouveau Testament en le déconnectant de l’œuvre du Christ ».

L’Ancien Testament (AT) raconte les relations entre Dieu et les hommes avant la venue du Christ. Sa lecture – moins évidente de prime abord car celui-ci ne parle pas explicitement de Jésus, et pouvant parfois nous paraître choquante – reste importante à entreprendre pour tout chrétien. Les livres situés dans cette première partie de la Bible nous racontent ce que Dieu a fait pour appeler et sauver son peuple (Voir le livre de l’Exode, qui a notamment inspiré un très beau gospel). Ils nous parlent aussi de la condition de l’homme qui rejette Dieu (Genèse 1-11) et à quel point le problème du péché semble insoluble, l’obéissance à la Loi impossible et combien une solution est nécessaire. Toutefois, les prophètes (Esaïe, par exemple) ou les Psaumes annoncent notamment une alliance nouvelle et éternelle entre Dieu et les Hommes qui permettrait de régler ce problème, avec la venue d’un messie (Le Christ) et sauveur. Le Nouveau Testament va alors expliquer que cette attente s’accomplit en Jésus-Christ.
« Concrètement », relève encore Timothée Minard – et c’est une autre des clés principales pour l’interprétation de l’Écriture- « cela signifie qu’il n’est pas possible de prendre un passage de l’Ancien Testament et de l’appliquer sans tenir compte de la manière dont la venue du Christ pourrait en modifier la portée »(1).

Enfin, la lecture de la Bible est à la fois facile et difficile. Une autre clé de compréhension est de se montrer disponible et disposé, plutôt que de se préoccuper de ce que nous ne comprenons pas sur le moment : disponible pour écouter Dieu vous parler à travers Sa Parole, les Ecritures bibliques, et disposé à accueillir et à vivre avec joie ce qui se sera éclairé pour vous. Ne manquez donc pas de demander avec confiance à l’auteur de la Bible (Dieu) de vous éclairer par son Esprit, et croyez qu’il vous donnera de comprendre bien des choses sur Lui-même et y compris sur vous-mêmes !

Et surtout, ne la lisez pas exclusivement seul, mais avec d’autres croyants et disciples de Jésus-Christ. Les livres de la Bible ont d’abord été écrits pour des groupes, plutôt qu’à des individus isolés. N’hésitez donc pas à rejoindre une communauté chrétienne pour bénéficier des lumières de vos frères et sœurs dans la foi. De bonnes adresses se trouvent ici ou . Et si vous n’avez pas encore de Bible, vous pouvez commencer de la lire en ligne ou l’écouter en audio, en vous rendant sur l’un ou l’autre des liens ad-hoc figurant sur ma blogroll (colonne de gauche de ce blogue).

Sur ce, bonne lecture !

 

Notes :

(1)Lire cet article de Timothée Minard sur l’interprétation de la Bible. Autre inspi, ces éléments de réponse à une question posée sur « 1001 questions ».