Pauvreté et précarité : les préjugés face à la réalité

« Fainéants », « profiteurs », « incapables »: Trois préjugés sur les pauvres qui ne résistent pas à la réalité (Source : Secours catholique)

La pauvreté ne faiblit pas. Les préjugés non plus, malheureusement. À l’occasion de la publication de son rapport 2017 sur l’état de la pauvreté en France, réalisé en partenariat avec la fondation Crédit coopératif, le Secours Catholique, avec le sociologue Serge Paugam, dénonce les discours qui stigmatisent les personnes et familles en précarité.

Parmi ces préjugés, en voici trois :

(1)« Les étrangers profitent du système social français ». Quatre Français sur dix le croient.

(2)« Les pauvres font des enfants pour toucher les allocations familiales ».  Un tiers des Français le croient.

(3)« Si on cherche du travail, on trouve ». Un Français sur deux le croit et l’argumente (à partir de petits exemples empruntés au monde des TPE)

Or, tout cela est faux, démontre le Secours Catholique. Face aux préjugés sur la pauvreté, l’association et le chercheur opposent la réalité vécue sur le terrain. En 2016, les équipes du Secours Catholique ont accompagné 1,5 million de personnes partout en France. C’est de ces rencontres au quotidien que l’association tire son expertise. Bienvenue dans la réalité.

Rendez-vous sur le site : prenez connaissance du rapport pauvreté 2017, faites défiler les préjugés avec votre souris et découvrez comment agir pour les déconstruire.

Voir aussi la campagne de sensibilisation #Jesuisriche, qui a pour but d’interpeller le grand public et la société dans son ensemble, mais également de faire changer le regard que l’on porte sur les personnes confrontées à la pauvreté. Celles-ci s’expriment tour à tour sur leurs richesses. Ainsi, par exemple, « Clémentine », membre du groupe jeune ATD Quart Monde s’exprime sur ce que toutes ses rencontres ont pu lui apporter.

Rencontre avec le docteur Denis Mukwege, « l’homme qui répare les femmes », préfacier du livre « Ils ont aimé leur prochain », dimanche 19/11

Enfin, des réponses à la pauvreté et à la précarité, illustrés par des exemples édifiants et inspirants de solidarité passés et présents, qui n’attendent que nos exemples à venir, sont à découvrir dans « ils ont aimé leur prochain »(Co-édition BLF/SEL, 2017), cet ouvrage récent de Nicolas Fouquet, chargé de mission Education au développement au SEL, préfacé par le docteur Denis Mukwege, « l’homme qui répare les femmes ». L’un et l’autre seront d’ailleurs présents au CEIA (Centre Evangélique d’Information et d’Action) à Dammarie-les-Lys, ce dimanche 19/11. Une belle occasion de les rencontrer et d’échanger avec eux sur la solidarité et l’authentique esprit de service. Ce sera aussi une belle occasion de prendre conscience combien Notre Dieu est un Dieu vivant et combien Il a pu et peut encore agir dans le monde.

 

« 1001 questions », le petit livre (rouge) des Attestants

Le livret rouge « 1001 questions » ou le soucis des Attestants de rejoindre vraiment leurs contemporains, en leur apportant des réponses se voulant fondées bibliquement, avec, au centre, l’Evangile de Jésus-Christ

Fin janvier 2017, je vous avais parlé de cet excellent site web, via lequel près de vingt pasteur(e)s et théologien(ne)s attestant(e)s(1) font preuve de disponibilité et de fidélité pour nous proposer quelques réponses à nos « 1001 questions ». Depuis janvier 2017, c’est une question par jour qui y a trouvé réponse !

Mais nombreux sont ceux qui ont souhaité connaître en version papier les réponses qui ont été les plus consultées, appréciées, « likées » et relayées sur les réseaux dits sociaux. C’est ainsi qu’est né un petit livre rouge – annoncé comme étant le premier d’une série plus large – édité par les Attestants (1), et qui présente un peu plus de 30 réponses. Celles-ci apparaissent avec leur formulation originale, le nom de la personne qui a posé la question et la réponse donnée – courte, pour correspondre à un format d’écriture typique d’internet.

Ceci dit, deux choses frappent à la lecture :

Premièrement, la bonne tenue des questions et des réponses (parmi celles-ci, certaines pouvant être estimées plus fluides que d’autres), fort bien élaborées ;

Ensuite, l’ordre apparemment aléatoire, pour ne pas dire incohérent, des questions. En réalité, elles sont listées par ordre décroissant, de la plus consultée à la moins consultée des trente premières, ce nous donne un aperçu de ce qui préoccupe nos contemporains.
Pour l’anecdote, deux questions parmi celles que j’ai déjà posées et qui ont obtenu des réponses, figurent respectivement en 9ème et 20ème places.

L’appellation « petit livre rouge » ne doit toutefois pas nous « enduire d’erreur », donnant à penser que ledit livre (à l’instar de sa version web) aurait pour ambition d’être un nouveau « magistère », pour dire ce qu’il faut penser et croire. Plus modestement, il témoigne du soucis des Attestants(1) de rejoindre vraiment leurs contemporains en leur apportant des réponses fondées bibliquement, avec, au centre, l’Évangile de Jésus-Christ.

L’enjeu est de taille, puisque Pasteurs et Théologiens sont généralement connus pour répondre en termes alambiqués à des questions que personne ne se pose jamais, quand ils ne font pas entre eux des blagues en grec ancien que personne ne comprend. D’autre part, à l’heure de la célébration des 500 ans de la Réforme protestante, il est encore possible d’entendre certains théologiens affirmer, par exemple, que la question du salut serait « secondaire » et qu’elle « ne préoccuperait pas nos contemporains »(2). Or, la question « que devient notre âme après la mort », qui figure en première position dans le recueil, est celle qui a été lue plus de 20.000 fois sur le site !

Vous pouvez vous procurer ce livre en l’achetant via le site des Attestants.
Il est plus avantageux de grouper vos commandes et plus sympa encore de passer les chercher à l’église de Belleville, à Paris, si vous habitez dans le coin. Ce sera là l’occasion de saluer et d’encourager ceux qui vous remettront les beaux petits livrets rouges (les miens ont été emballés dans une boîte à chaussures). Alors n’hésitez pas à en prendre plusieurs pour pouvoir en offrir, les laisser sur le comptoir de librairie de votre église ou encore les utiliser comme outil d’évangélisation.

 

Notes :

(1) Ce courant de l’Eglise Protestante Unie de France (EPUdF) s’est constitué suite au synode de Sète en 2015, qui a vu autoriser la bénédiction des couples homosexuels. L’idée du mouvement est « de mettre au centre des préoccupations le fait d’être une Eglise de témoins ». Il s’agit pour ces protestants confessants, non plus de « protester » mais « d’attester » d’une foi solide dans le Père, le Fils et le Saint Esprit, comme « d’attester » de l’autorité souveraine de la parole biblique pour la foi et la vie des croyants. Ils proposent des outils pour le réveil des églises de la Réforme et au service de l’Evangile de Jésus-Christ.

(2) Voir par exemple ici ou .