« Les Rois, en vérité, ne sont pas des dieux, mais des hommes… »

John Williams Waterhouse – Ulysse et les sirènes, 1891 

A l’approche du premier tour de l’élection présidentielle 2017, voici encore ce que nous ne devons jamais oublier au moment de mettre notre bulletin dans l’urne. Bien sûr, l’exemple pris ici dans ce texte de 1677 renvoie à un régime monarchique, mais il est facilement transposable dans notre contexte républicain :

« Les rois, en vérité, ne sont pas des dieux, mais des hommes, et ils sont souvent séduits par un chant de Sirènes. C’est pourquoi, s’il fallait que le sort de l’Etat dépende de l’inconstante volonté d’un seul homme, il n’y aurait plus rien de fixe. Et par conséquent, pour constituer d’une manière stable le gouvernement monarchique, il faut que toutes choses s’y fassent en effet par le seul décret du Roi, c’est-à-dire que tout le droit soit dans la volonté explicite du Roi, mais non que toute volonté du Roi fasse loi ».

Spinoza(1). Traité de l’autorité politique. Chapitre VII, paragraphe 1.

 

 

Notes : 

(1) Philosophe néerlandais du 17ème siècle (1632-1677), considéré comme un précurseur de la laïcité, et aussi l’un des premiers à développer – de manière dissimulée pour échapper à la censure – un athéisme au cœur de sa philosophie.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s