Lâcher prise

Deux passages lus le même jour, cette semaine, susceptibles de nous éclairer sur nous-mêmes, avant de trouver une application plus large :

Le premier relate un tournant dans la vie d’Ozias, un roi pourtant ingénieux et ingénieur, « aimant la terre » :

«Il rechercha Dieu pendant la vie de Zekaryahou, qui l’instruisait dans la crainte de Dieu, et pendant qu’il resta fidèle au SEIGNEUR, Dieu le fit prospérer. »(v5) Puis, « il fit à Jérusalem des machines spécialement inventées pour être placées sur les tours et les angles et pour lancer des flèches et de grosses pierres. Sa renommée se répandit au loin, car il fut merveilleusement aidé, jusqu’à devenir puissant. En raison de sa puissance, son cœur s’enorgueillit jusqu’à sa perte et il fut infidèle envers le SEIGNEUR son Dieu : il entra dans le temple du SEIGNEUR pour offrir de l’encens sur l’autel des parfums. Le prêtre Azaryahou entra derrière lui, accompagné par quatre-vingts courageux prêtres du SEIGNEUR. Ils se dressèrent contre le roi Ozias et lui dirent : « Ce n’est pas à toi, Ozias, d’offrir l’encens au SEIGNEUR, mais aux prêtres, fils d’Aaron, consacrés pour cette offrande ! Sors du sanctuaire, car tu as été infidèle ! Par l’action du SEIGNEUR Dieu, ce ne sera pas pour toi un titre de gloire ! » Ozias se mit en colère, alors qu’il avait en mains l’encensoir. Pendant sa colère contre les prêtres, la lèpre apparut sur son front, devant les prêtres, dans la Maison du SEIGNEUR, près de l’autel des parfums. Le grand prêtre Azaryahou et tous les prêtres regardèrent vers lui, et voilà qu’il était lépreux sur le front ! Vite ils l’expulsèrent de là et lui-même se dépêcha de sortir, car le SEIGNEUR l’avait frappé. Le roi Ozias resta lépreux jusqu’au jour de sa mort. Comme lépreux, il dut résider à part dans une maison, car il était tenu à l’écart de la Maison du SEIGNEUR ». (2 Chron.26v15-21) Cette même maison où il a voulu entrer, voulant avec obstination prendre plus que sa part.

Le second passage a trait au roi Amatsia, le père d’Ozias : « Il avait vingt-cinq ans lorsqu’il devint roi et il régna vingt-neuf ans à Jérusalem. Le nom de sa mère était Yehoaddân, de Jérusalem. Il fit ce qui est droit aux yeux du SEIGNEUR, non pas toutefois d’un cœur intègre », ou « sans partage »(2 Chron.25v1-2).

« Il recruta en Israël cent mille vaillants guerriers, pour cent talents d’argent. Mais un homme de Dieu vint lui dire : « O roi ! qu’une armée d’Israël ne vienne pas avec toi, car le SEIGNEUR n’est pas avec Israël, tous ces fils d’Ephraïm ! En effet, si elle vient, tu auras beau, toi, être fort dans le combat, Dieu te fera trébucher devant tes ennemis, car c’est Dieu qui a la force de secourir ou de faire trébucher. » Amasias dit à l’homme de Dieu : « Et que faire des cent talents que j’ai donnés aux troupes d’Israël ? » L’homme de Dieu répondit : « Le SEIGNEUR a de quoi te donner bien plus que cela. » (vv6-9).

Comme quoi, il faut savoir lâcher prise pour gagner « bien plus » que ce que l’on craint de perdre. Par exemple, savoir lâcher nos opinions, le pouvoir…pour pouvoir saisir la vérité, la justice, l’intégrité….

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s