Foireux liens de mars (20) : convictions évangéliques, « Pénélopegate », « secrets et mensonges », doughnut, exoplanètes, leaders lecteurs, réseaux sociaux….

Les "Foireux liens" de septembre : une actualité placée sous le signe de "la rentrée" et de "la neutralité"....

Les « Foireux liens » de mars : une actualité placée sous le signe des convictions, ancrées « dans le réel »….

Depuis janvier, une actualité particulièrement riche, avec une invitation à s’ancrer « dans le réel », qu’il s’agisse de convictions « évangéliques », « politiques » ou « sociales ». Bien entendu, ne pas tout lire « d’une traite » et surtout « pas en diagonale » !

 

1) « Convictions évangéliques », à rebours des clichés : Quelques mois après le petit livre de la Conférence des évêques de France (CEF) « Dans un monde qui change, retrouver le sens du politique », le CNEF publie un livret pédagogique, en collaboration avec le SEL, le Défi Michée, A Rocha et le CPDH, pour communiquer des convictions partagées aux candidats de la présidentielle française de 2017 : laïcité, écologie, pauvreté, accueil de l’étranger, famille et sexualité, éducation, liberté de culte et d’expression, dignité de la personne….autant de préoccupations diverses révélatrices d’une vision holistique de la foi chrétienne.

 

"Justificatif", par Xavier Gorce (Blog LeMonde)

« Justificatif », par Xavier Gorce (Blog LeMonde)

2) Vous ne comprenez rien au « Penelopegate » ? CFactuel vous explique « la triple affaire » frappant François Fillon, candidat victorieux de la primaire de la droite, à 75 jours du premier tour de la présidentielle française. cFactuel est un média dont je viens d’apprendre l’existence et dont l’ambition est de « rendre l’actualité claire et captivante ». Une équipe de 5 personnes à temps plein décrypte une information par jour, « sans parti pris, à travers des formats alternatifs aux articles » (vidéo, infographie, quiz). Plus d’infos sur la ligne éditoriale ici. Lancé en novembre 2015, cFactuel a été reconnu Service de presse en ligne par le Ministère de la Culture.

3) Pour en finir avec la séparation des pouvoirs :

Dans ce qu’il est convenu d’appeler l’affaire Fillon, une étrange argumentation juridique a fait son apparition qui, au-delà du fond de l’affaire, a de quoi laisser pantois. Rappelons brièvement les faits : des révélations successives par la presse ont mis au jour le fait que le candidat LR à la présidence de la République a longtemps salarié son épouse grâce à l’enveloppe attribuée à chaque député pour pouvoir salarier des assistants parlementaires, que ce soit à l’assemblée pour le travail parlementaire proprement dit ou dans la circonscription pour assurer une présence permanente de l’élu. Ce qui en soit est critiquable mais, en l’état des textes, légal. Là où le bat blesse, c’est qu’il semble n’y avoir eu aucune contrepartie réelle à un salaire largement au-dessus des montants habituels, les explications fournies par l’intéressée ou ses soutiens (dans le sens où la corde soutient le pendu) étant embrouillées, contradictoires, et parfois accablantes. Le parquet national financier a donc ouvert une enquête préliminaire sur ces faits, actuellement en cours. Et c’est dans ces circonstances qu’une tribune de juristes courroucés a été publiée sur Atlantico, prétendant opposer des arguments juridiques à l’existence même de ces poursuites. Promesse rarement tenue, comme nous l’explique le blogueur juriste « Maître Eolas ».

4) On ne sait plus trop comment qualifier ce qu’il se passe en ce moment aux Etats-Unis. Surréaliste? Réjouissant? Inquiétant? À vous de juger !

Le blog « The American Ballot Box » « braque les projecteurs » sur la démission de Michael Flynn, le controversé conseiller à la sécurité nationale de Donald Trump, lundi 13 février. Jamais un conseiller à la sécurité nationale n’était resté en poste aussi peu de temps. Vingt-quatre jours exactement. Pourquoi Michael Flynn a-t-il démissionné ? La presse avait révélé quelques jours plus tôt qu’il avait discuté de la levée des sanctions contre la Russie avec l’ambassadeur russe en poste à Washington, et ce avant même que Donald Trump ne prête serment et ne devienne officiellement le nouveau président des Etats-Unis. Pour y voir plus clair et tenter de comprendre tous les tenants et aboutissants de cette affaire digne d’un polar, voici un petit bond dans le temps.

Trump, un « nouveau Cyrus » ? Ou « fanatisme sacrilège » ? Un chromo délirant et inquiétant se propage sur la toile de façon virale depuis le 20/01/17 : « Jésus-Christ guidant Donald Trump pour signer ses décrets » (anti-immigration ?)

Trump, un « nouveau Cyrus » ? Ou « fanatisme sacrilège » ? Un chromo délirant et inquiétant se propage sur la toile de façon virale depuis le 20/01/17 : « Jésus-Christ guidant Donald Trump pour signer ses décrets » (anti-immigration ?)

5) Pourquoi la politique d’immigration de Donald Trump provoque le chaos et l’indignation : Tout a commencé le vendredi soir, 27/01/17, lorsque Donald Trump a annoncé la signature d’un nouveau décret présidentiel (executive order), intitulé Protecting the Nation from Foreign Terrorist Entry into the United States (Protéger la nation contre l’entrée de terroristes étrangers aux Etats-Unis). L’objectif affiché de ce décret est de prévenir le risque d’infiltration terroriste sur le territoire américain. Est-ce de l’amateurisme total ou une tendance à l’autoritarisme? En tout cas, il semble que le Département de la Sécurité Intérieure et le Département de la Justice n’aient pas été consultés par la Maison Blanche avant la signature du fameux décret. Autrement dit, la Maison Blanche aurait agi unilatéralement. Cela expliquerait la confusion qui a régné dans les aéroports du pays ce fameux week-end, personne n’ayant reçu de consignes claires quant à la manière d’appliquer le décret.

L’application dudit décret de Donald Trump a d’ailleurs été temporairement suspendue suite à la décision d’un juge fédéral, James Robart (nommé par le président George W. Bush et confirmé 99 voix à 0 par le Sénat en 2004). Décision maintenue par la cour d’appel.

6) États-Unis. Une journée de grève pour montrer à Trump ce que serait une Amérique sans immigrés : Pour protester contre la politique anti-immigration de Donald Trump, une “journée sans immigrés” a été organisée le 16 février aux États-Unis. Les personnes d’origine étrangère sont appelées à faire grève (« ne pas travailler, ne pas consommer ») afin de mettre en lumière le rôle fondamental qu’elles jouent dans la société et l’économie du pays.

7)  L’hospitalité envers les étrangers: moyen de sanctification oublié !
Voici deux questions jamais posées et qui concernent pourtant notre santé spirituelle : En quoi l’accueil et le dialogue avec les étrangers sont-ils importants pour la sanctification des chrétiens ? En quoi cette hospitalité et cette amitié avec les étrangers sont-elles incontournables pour l’Eglise destinée à être façonnée à l’image du Christ ? Un édifiant article, à l’angle étonnant, à découvrir sur TPSG.

8)  Trump et les religions : une relation complexe

Dans ce numéro de La Croix du 01/03, Donald Trump est présenté comme un « personnage très difficile à cerner, plein de contradictions » : « son univers religieux, inexistant, est par conséquent totalement incohérent ». Et les relations qu’il entretient avec les religions (les catholiques, les musulmans et les Juifs) s’avèrent « complexes ». Une partie importante de la communauté juive reproche d’ailleurs au milliardaire d’avoir – par sa rhétorique de campagne et ses propos virulents contre le « politiquement correct » –, libéré en quelques mois la parole de toute une frange gravitant autour des mouvances extrémistes américaines. Et d’avoir ainsi encouragé implicitement l’émergence d’un climat propice à la recrudescence des actes antisémites, qui se multiplient de fait depuis quelques semaines.

9) Quand l’avenir de l’humanité dépend d’un doughnut, symbole d’un « espace juste et sûr » pour tous :

L’avenir de l’humanité dépend-il d’un doughnut ? C’est à partir de cette image d’une viennoiserie américaine que l’économiste Kate Raworth explique le lien intrinsèque entre inégalités sociales et limites environnementales. Avec l’objectif d’assurer un bien être minimal à l’ensemble de l’humanité sans franchir les seuils physiques et écologiques – dérèglement climatique, disparition de la biodiversité, pénurie d’eau potable… – qui la mettraient en danger. « Le défi est aujourd’hui de repenser l’économie de sorte qu’elle ramène toute l’humanité au sein de cet espace juste et sûr, au lieu de nous en expulser », estime-t-elle. Entretien à lire sur Bastamag, sans forcément dévorer un doughnut.

10) Une alarmante surmortalité due à la grippe et… à l’austérité : L’épidémie de grippe touche à sa fin mais elle laisse derrière une augmentation alarmante de surmortalité. Les premières estimations de l’agence « Santé publique France », rendue publique mi février, font état d’une surmortalité de 17 000 personnes entre mi-décembre et mi-février. Des chiffres vertigineux qui rappellent ceux de l’hiver 2014-2015 au cours duquel une surmortalité de 18 000 personnes avait été observée, les trois quarts étant liés à la grippe. Les personnes âgées de plus de 65 ans sont les plus touchées. Pour Olivier Mans, secrétaire fédéral de Sud Santé, le lien entre cette hécatombe et les coupes budgétaires dans le budget des hôpitaux est « évident ». « Le rouleau compresseur des mesures d’austérité, la généralisation des contrats précaires, le manque d’effectifs et de moyens rendent les conditions de travail, et d’accueil, très difficiles », explique le syndicaliste sur Bastamag.

11) Vivre comme un pauvre, « le temps d’un week-end » et pour 69 dollars seulement !

Mission Waco est une organisation chrétienne qui a pour but de donner la parole aux pauvres et aux marginalisés, en sensibilisant les Américains de la classe moyenne. L’une de leurs activités consiste à proposer « une simulation de pauvreté » pour  quiconque le désire, durant 72 heures, et pour un tarif de 69 dollars par personne. Durant ces séances, les participants se retrouvent sans téléphone, sans montre, et sans programme d’activité, livrés à eux-mêmes. On leur donne des vêtements délabrés et ils apprennent à connaitre les lieux où les sans-abris dorment ou mangent. Des situations qui génèrent rapidement des sentiments d’anxiété et d’impuissance.
Une initiative se voulant « tendance » ou susceptible d’ « ouvrir les yeux des participants en créant un environnement qui provoquera un choc psychologique, les menant à une transformation de leurs façons de penser et de vivre », voire, pourquoi pas, d’inspirer une politique de lutte contre les causes structurelles de la pauvreté ? Chacun jugera…

12)  « Bijoutier de Nice » : du coup de feu aux pouces bleus

Le 11 septembre 2013, Stéphan Turk, tuait d’une balle dans le dos l’un des deux hommes qui venaient de braquer son commerce. Placé en garde à vue, il a rapidement défrayé la chronique et provoqué une mobilisation inédite : sur Facebook, plus de 1,5 million de personnes ont apporté sans hésiter leur soutien au désormais nommé « bijoutier de Nice ». Triste fait divers, son histoire est devenue phénomène social.

13) Comment les populistes utilisent les réseaux sociaux pour manipuler ?

Marine Lepen, Donald Trump, les partisans du Brexit, les anti-migrants sont des gens modernes. Et ont tout compris de nos réseaux sociaux. Le nouveau pouvoir : diffuser des contre vérités [ou faire croire qu’il ne faut croire personne…sauf eux !] Et vous allez les croire… Que vous soyez un citoyen intelligent, ou pas, comme nous l’apprend « Zeboute », sur son blogue…

14) Les leaders sont des lecteurs : Un excellent article tiré du livre La conviction de diriger par Albert Mohler, publié sur le site québecquois « Publications chrétiennes » et découvert via TPSG. Quand « Leader et lecteur sont indissociables. La raison en est simple : il n’existe aucun autre moyen que la lecture efficace pour développer et entretenir l’intelligence nécessaire à la tâche de diriger (…) Des pensées intelligentes, des idées et des informations doivent constamment alimenter le leadership. Il est impossible d’acquérir les fondements du leadership sans lire ».

15) Trappist-1 : sept exoplanètes, trois en zone habitable : que faut-il attendre de cette découverte ?
La Nasa vient d’annoncer la découverte du système solaire Trappist–1. Trois des sept planètes qui le composent sont dans une zone dite « d’habitabilité », pouvant accueillir la vie. Mais pour Michel Viso, responsable du programme exobiologie du Cnes, cela ne signifie pas qu’elles réunissent les conditions nécessaires, notamment la présence d’eau et les températures adéquates.

 

Sur ce, bonne lecture et bon week-end ! A mercredi prochain.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s