Quel est notre « élan » ?

"300, naissance d'un empire"(2014)

Ce qui est censé « nous faire nous déplacer », ce n’est pas « un esprit guerrier », de « conquête », de « revanche »….Mais « nous nous bougeons » pour installer la paix ». Affiche du film « 300, naissance d’un empire »(2014)

Nous connaissons bien ce passage d’Ephésiens 6v10-17, consacré aux fameuses « armes de Dieu » que nous sommes exhortés à « revêtir ». Notamment, « comme chaussures aux pieds, l’élan pour annoncer l’Evangile de la paix » (v15. TOB)

C’est là une expression bien compliquée, rendue de façon plus ou moins claire par les différentes traductions bibliques : « mettez pour chaussures à vos pieds les bonnes dispositions que donne la bonne nouvelle de la paix » (NBS) ; « mettez comme chaussures le zèle à annoncer la Bonne Nouvelle de la paix » (BFC) ; « mettez pour chaussure à vos pieds le zèle que donne l’Évangile de paix » (LSG)…..Les « chaussures » ou « les sandales » (mais non « les scandales » !)
Cette expression signifie que ce qui nous fait nous déplacer, ce n’est pas un esprit guerrier, ou « revanchard », bien que nous soyons en train de parler d’armes. Au passage, les plus attentifs d’entre nous auront noté que seule la dernière arme – « l’épée de l’esprit, qui est la Parole de Dieu » – est offensive et que toutes les autres sont défensives, pour notre protection. Ce qui nous fait « nous bouger », c’est donc la motivation, non pas de « faire la guerre pour faire la guerre », mais bien pour installer la paix. La paix n’est pas « l’absence de ce qui dérange », mais l’établissement de quelque chose de bon. La paix véritable est en Christ, « Prince de la Paix » (Es.9v5).
Et si nous venons en Son Nom, nous dirons alors « au diable (au sens propre donc, les croisades, les reconquista, les inquisitions, les Jihad…. ! » (1)

Pour aller plus loin :

Esaïe 52v7 affirme combien « sont beaux sur les montagnes, les pieds de celui qui apporte de bonnes nouvelles, qui publie la paix ! De celui qui apporte de bonnes nouvelles, qui publie le salut ! De celui qui dit à Sion : ton Dieu règne ! »

A la naissance de Jésus-Christ, annoncée par les anges à des bergers, « l’armée céleste en masse chantait les louanges de Dieu », disant : « Gloire à Dieu au plus haut des Cieux ; sur la Terre : paix : pour les hommes, bienveillance » (Luc 2v13-14).

 

Notes :

(1) D’après Boucomont, Gilles. Au Nom de Jésus : libérer le corps, l’âme, l’esprit ». Ed. Première Partie, 2010, p 219.

“Le discours d’un roi” : qui est « plus fort » que « plus fort que lui » ?

Le discours d'un roi, film britannique de Tom Hooper(2010), avec Colin Firth et Geoffrey Rush

Le discours d’un roi, film britannique de Tom Hooper(2010), avec Colin Firth et Geoffrey Rush

Ces derniers jours, j’ai eu l’occasion de revoir pour la première fois sur DVD « Le Discours d’un roi »(1), un film vu en salle à sa sortie.

En gros, il s’agit de l’histoire d’un roi appelé à faire quelque chose qu’il est incapable de faire : parler en public.
Il y parvient finalement, surmontant sa peur – moteur de son handicap – en plaçant sa confiance en quelqu’un de pourtant « peu recommandable », « qui n’avait rien pour attirer le regard » (Es.52v14, 53v1-3), et qui est devenu pour toujours son ami, son confident.

Son fameux discours final sera prononcé, non pour « le monde entier », mais pour cette seule personne, qui recevra l’Ordre royal de Victoria, le 11 mai 1937 et sera élevé au rang de Commander (CVO) en 1944. « Tout ce que vous faites, faites-le comme pour le Seigneur et non pour les hommes », nous enseigne Colossiens 3v23.

Cette histoire, édifiante, telle une parabole, nous rappelle que si nous disons que quelqu’un ou quelque chose « est plus fort que nous », Celui qui est « en nous » – et en qui nous avons placé notre confiance – est plus fort que tous les hommes forts réunis(Luc 11v21-22 et cf Hébr.2v14-15. Ce qui nous paraît « plus fort que nous » n’est, en définitive, « pas plus fort que nous ».

D’autre part, tenter d’aider quelqu’un à faire ce qu’il n’était pas capable de faire, dans le « un à un », peut nous paraître parfois dérisoire. Mais au final, le tandem « George VI/Lionel Logue » révèle le bénéfice de la démarche, au profit d’une nation entière et même au-delà.

 

 

Notes :

(1) Le Discours d’un roi (The King’s Speech)
Angleterre – 2010 (Sortie française, le 2 février 2011)
Réalisation: Tom Hooper
Durée: 1h58

Avec Colin Firth (George VI), Helena Bonham-Carter (Elizabeth), Geoffrey Rush (Logue)…

Résumé : D’après l’histoire vraie et méconnue du père de l’actuelle Reine Elisabeth, qui va devenir, contraint et forcé, le Roi George VI (Colin Firth), suite à l’abdication de son frère Edouard VIII (Guy Pearce). D’apparence fragile, incapable de s’exprimer en public, considéré par certains comme inapte à la fonction, George VI tentera de surmonter son handicap grâce au soutien indéfectible de sa femme (Helena Bonham Carter) et d’affronter ses peurs avec l’aide d’un thérapeute du langage (Geoffrey Rush) aux méthodes peu conventionnelles. Il devra vaincre son bégaiement pour assumer pleinement son rôle, et faire de son empire le premier rempart contre l’Allemagne nazie. Source : allociné.