Départ avec indemnités

Voici un édifiant exemple tiré de la Bible, qu’il serait curieux de voir un peu plus médiatisé et généralisé, aujourd’hui. Il se trouve dans le livre du Deutéronome 15v12-18 :

« Si, parmi tes frères hébreux, un homme ou une femme s’est vendu à toi et s’il t’a servi comme esclave pendant six ans, à la septième année tu le laisseras partir libre de chez toi. Et quand tu le laisseras partir libre de chez toi, tu ne le laisseras pas partir les mains vides ; tu le couvriras de cadeaux avec le produit de ton petit bétail, de ton aire et de ton pressoir : ce que tu lui donneras te vient de la bénédiction du SEIGNEUR ton Dieu. Tu te souviendras qu’au pays d’Egypte tu étais esclave et que le SEIGNEUR ton Dieu t’a racheté. C’est pourquoi je te donne ce commandement aujourd’hui (…) Ne trouve pas trop dur de le laisser partir libre de chez toi, car en te servant pendant six ans il t’a rapporté deux fois plus que ce que gagne un salarié ; et le SEIGNEUR ton Dieu te bénira dans tout ce que tu feras »(TOB).

En clair, tu veilleras au respect des droits et de la personne du salarié, de sorte que les rapports « maîtres – serviteurs » (ou « patrons-employés »), qui reposent déjà sur un principe de subordination, ne dérivent pas en asservissement pour le second. Tu le traiteras, non avec « la mentalité du propriétaire », mais avec justice, équité, bonté et compassion, à l’image de Dieu(1), vu qu’il n’est ni ta « propriété », ni ta « chose »(2), mais ton frère. Tu considéreras le travail qu’il a fourni et combien il t’a béni en te servant toutes ces années.

Tu ne l’exploiteras donc pas comme un citron, « jusqu’à la dernière goutte », et tu ne le jetteras pas, « quand il n’y aura plus de jus ». Mais tu partageras avec lui ce que tes champs et tes troupeaux ont produit de meilleur pendant les années où il a servi. Tu accepteras donc de le laisser partir libre, même au risque d’une perte de profit, et tu ne le renverras pas « à vide », ou « vidé »….

Dans la série, « le code du travail selon Dieu », une invitation pertinente à changer de regard et à « penser à rebours »(3) face au point de vue du dominant-celui du « patron » ou du « propriétaire », habituellement et abondamment relayé, et ce, au détriment du point de vue du pauvre, de l’employé ou de l’ouvrier…l’un et l’autre étant malheureusement souvent présentés de façon caricaturale (4).

 

 

 

 

Notes :

(1) La loi rappelle(avec les prophètes et les psaumes)que si Dieu  « ne fait pas de favoritisme », Il est du côté du pauvre, surtout quand il ne peut pas se défendre, ainsi que de la veuve, de l’orphelin et de l’étranger-les précaires de l’époque(cf Deut.10v17-19 ; Deut. 15 ; Deut. 24 ; Ps.72 ; Job5v15…). D’autre part, selon le site lamed.fr, qui consacre toute une série équilibrée sur le sujet (« Car ils sont mes serviteurs »), « la tradition juive part de l’hypothèse qu’un ouvrier est une personne nécessiteuse vivant au jour le jour, et qu’il a besoin de son salaire quotidien pour entretenir sa famille. C’est pour cette seule raison, (expliquent les sages juifs), qu’il sacrifie son existence aux risques que lui fait courir son travail et qu’il abandonne sa liberté aux fantaisies d’un autre homme ».

 

 

(2) Comparer, à ce sujet, avec ce commentaire du commandement du Décalogue « tu ne voleras pas ».

(3) Soit à une « métanoia », un terme grec habituellement traduit par « repentance ».

(4) Un exemple frappant de cette vision caricaturale est celle de Dennis Peacocke, dans « Partenaire avec Dieu en affaires ». JEM Editions, 2008(un ouvrage qui m’a paru particulièrement inspiré par le libéralisme selon Friedrich Von Hayek), qui affirme que « les bénéfices ne sont pas générés par les employés »-lesquels « se focalisent sur leurs droits »– mais par ceux qui ont « l’esprit du propriétaire » (op. cit., p 90)

 

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s