« En attendant la COP21 »(1) : « Rendez-vous, rendez-vous, rendez-vous…. »

COP21 : pour relever le défi climatique, une nouvelle conférence (par Ben Jennings. Dessin paru dans The Guardian)

COP21 : pour relever le défi climatique, une nouvelle conférence (par Ben Jennings. Dessin paru dans The Guardian)

Il ne vous reste plus que quelques mois avant la fin 2015, « année du climat », pour apporter votre contribution !

Beaucoup de rendez-vous sont à noter, courant novembre-décembre, concernant l’enjeu sur le climat. Mais je retiendrai, parmi d’autres :

30 novembre-11 décembre : la fameuse COP21, au Bourget, à Paris (Sites officiels : cop21.gouv.fr/ et cop21paris.org/fr ). Ou la 21e Conférence des parties à la Convention-cadre des Nations unies sur les changements climatiques (COP21/CMP11), que la France accueille et préside, du 30 novembre au 11 décembre 2015. Une « échéance cruciale » puisqu’elle doit aboutir à un nouvel accord international sur le climat, applicable à tous, pour maintenir le réchauffement climatique en-dessous de 2°C.

Cette conférence tiendra-t-elle ses promesses ? Beaucoup en doutent déjà, pour plusieurs raisons :

1) la présence de certaines entreprises « mécènes », parmi lesquelles figurent la compagnie aérienne Air France, le groupe d’assurances Axa, le groupe bancaire BNP Paribas, l’opérateur de services aux entreprises et aux collectivités Derichebourg, le fournisseur d’électricité EDF, le groupe industriel énergétique Engie (ex-GDF Suez), le groupe automobile Renault-Nissan, le fournisseur d’énergie ERDF, Ikea, Michelin, ou encore Suez Environnement. Toutes « des amies du climat », selon Laurent Fabius, ministère des affaires étrangères et du développement international et président de la COP21.

Un avis loin d’être partagé par certaines ONG( Les Amis de la Terre, Attac France, le Corporate Europe Observatory, WECF et 350.org) , lesquelles dénoncent, dans un communiqué commun, « l’incohérence du gouvernement et redoutent que les négociations se retrouvent aux mains des pollueurs ». Et d’énumérer : « Parmi la vingtaine d’entreprises qui composent la première liste de ‘sponsors’, EDF ou Engie, dont les émissions provoquées par leurs centrales à charbon équivalent à elles seules à près de la moitié des émissions de la France (et qui vient de signer avec l’entreprise américaine Cheniere un contrat d’approvisionnement en gaz naturel liquéfié (GNL) issu des États-Unis. À partir de 2018, les réseaux de gaz et les chaudières de France et d’Europe seront donc partiellement alimentées en gaz de schiste américain)*.Les ONG craignent notamment une répétition de la COP 19**.

2) Cette déclaration récente du secrétaire d’Etat américain, John Kerry (au Financial Times) : « Cet accord ne sera certainement pas un traité : il n’y aura pas d’objectifs de réduction juridiquement contraignants comme par le passé ». Pour Patrice de Plunkett, dans une note de blogue, l’ancien candidat à la présidence américaine « récuse ainsi l’objectif de la COP 21, qui est – en théorie – de relancer le processus ouvert à Kyoto en 1997. Autrement dit : les Etats-Unis torpillent d’avance le « sommet climat » de Paris… »***

3) Enfin, la COP21 serait-elle d’avance plombée par sa propre appellation ? Car, comme le relève un lecteur du mensuel « La Décroissance »****, l’expression anglaise « top cop out » signifie « se défiler », « éviter ce qu’on sait devoir faire », « se dégonfler »….(Courrier des lecteurs, « La Décroissance », novembre 2015, numéro 124, p2)

Mais il n’y a pas que la COP21. Notons encore :

La Journée d’action pour le climat, les 28-29 novembre, dans les grandes villes de la planète, lors du lancement de la COP21. Avec un seul discours: les citoyens du monde exigent des gouvernements qu’ils prennent des résolutions contraignantes pour réduire massivement les émissions de gaz à effet de serre et pour abandonner les énergies fossiles au profit des sources renouvelables.

29 novembre: Marche mondiale pour le climat (A noter une journée sans achat-« Buy Nothing Day », le samedi 28 novembre : manifestation non-violente de boycott des achats, pour protester contre le gaspillage de la société de consommation)

Il est aussi pertinent de soutenir les actions pro-climat dans la prière et le jeûne chaque 1er jour du mois, avant, pendant et après la COP21 :

1er décembre : appel « Ensemble pour le climat, jeûnons pour le changement ! »

« Le jeûne pour le climat est une initiative lancée par la Fédération luthérienne mondiale ; le principe est le suivant : Par solidarité avec les personnes pauvres et vulnérables qui souffrent et souffriront le plus du changement climatique sur l’ensemble de la planète, au Nord comme au Sud et pour pousser les négociations onusiennes sur le climat à l’adoption d’un traité global, contraignant, ambitieux et juste lors de la conférence Paris Climat 2015 les personnes de toutes convictions sont invitées à jeûner jusqu’au 1er décembre 2015. La forme de ce jeûne est ouverte : 24 heures, un repas, un repas maigre, un jeûne carbone, etc…

En savoir plus sur le jeûne pour le climat ici.

Prions pour que les dirigeants de la COP21 signent un accord global, courageux et véritablement contraignants, totalement indépendant des entreprises d’énergies fossiles, ou de l’agriculture industrielle fortement émettrice de gaz à effet de serre.

Le meilleur est pour la fin : une excellente occasion à saisir, si vous pouvez vous rendre dans la capitale :

Une journée A Rocha pour le climat, 5 décembre 2015

Une journée A Rocha pour le climat, 5 décembre 2015

05 décembre : une journée A Rocha à Paris, avec une Conférence bilingue : « Une réponse chrétienne au changement climatique ». Organisée par A Rocha, en partenariat avec le Mouvement de Lausanne pour la sauvegarde de la création.

Info détaillée : Pour contribuer à la réflexion sur le changement climatique dans le cadre de la COP21, l’organisation chrétienne pour la conservation de la nature A Rocha présente, en partenariat avec le Mouvement de Lausanne pour la sauvegarde de la création, une conférence la journée du samedi 5 décembre à l’église Saint-Michael, 5 rue d’Aguesseau, 75008 Paris (Métro Concorde et Madeleine, lignes 1, 8, 12, 14 ou Miromesnil, lignes 9 et 13).

Seront présents des intervenants du monde scientifique et ecclésiastique qui apporteront leur sensibilité évangélique : Katharine Hayhoe, scientifique américaine experte du changement climatique ; Efraim Tendero, secrétaire de l’alliance évangélique mondiale ; le pasteur Dave Bookless, directeur théologique d’A Rocha International ; Antoine Bret, physicien, ainsi que Dominic Roser, justice, économie et éthique ; ou encore Jean-François Mouhot, historien et notamment auteur “Des esclaves énergétiques : réflexions sur le changement climatique…”

Programme à consulter ici ; s’inscrire ici à la conférence .

Bref, « en attendant la COP21 », voici encore ce que nous pouvons faire en tant que chrétiens et citoyens, outre la participation aux initiatives mentionnées :

Soutenir les actions et pétitions pour le climat.

“Interpeller” nos dirigeants et leur écrire, les encourageant et les exhortant à soutenir un réel abandon des énergies fossiles. C’est d’ailleurs biblique, comme le rappelle le Défi Michée.

Elire celles et ceux qui font du climat une priorité dans leurs décisions [prochaines échéances : les élections régionales en France, les 6 et 13 décembre 2015]

 

Notes :

* »On retrouve aussi Air France, entreprise aéronautique opposée à la réduction des émissions dans le secteur de l’aviation, Renault-Nissan, fabricant d’automobiles extrêmement polluantes, Suez Environnement, connue pour sa participation au lobby pro-gaz de schiste français, ou encore BNP-Paribas, qui en plus d’être la première banque française en termes de soutien au charbon entre 2005 et avril 2014, refuse obstinément de quitter les paradis fiscaux et mettre fin à ses pratiques d’évasion fiscale ».

**en 2013 à Varsovie, l’omniprésence des entreprises, dont beaucoup n’étaient pas forcément en pointe de la lutte contre le changement climatique, avait provoqué l’ire des ONG sur place, qui avaient même fini par quitter le lieu des négociations. Voir encore  http://www.reporterre.net/Les-gros-pollueurs-tiennent-la-COP ; http://multinationales.org/Pour-sponsoriser-la-Conference-climat-de-Paris-le-gouvernement-choisit-les

*** Le journaliste catholique avait auparavant relevé ce « mauvais signe pour la COP21 », et « signe » tout court « de l’orientation réelle des gouvernements »  : les 110 % de tolérance laissés par l’UE à la pollution automobile par oxyde d’azote.

**** Laquelle « Décroissance » organise son « Contre-sommet » à Vénissieux, le 14 novembre. Voir à ce sujet, cette interview pour la revue « Limite ».

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s