Zeugma : mémoire biblique et déluges contemporains

Zeugma : mémoire biblique et déluges contemporains, de M.A. Ouaknin

Zeugma : mémoire biblique et déluges contemporains, de M.A. Ouaknin

Le présent billet se propose de répondre indirectement, et quelque peu en avance, à la fameuse question : « que lire cet été ? » Et ce, d’autant que cela fait bien longtemps que je n’ai pas parlé de livres.

Dans le prolongement des deux billets précédents(chacun verra le lien évident)et alors que certains souhaiteraient voir les chrétiens relégués dans une posture moraliste(pour ne pas dire « moralisante »), voici(en attendant de lire peut-être l’encyclique du Pape sur le sujet) un livre stimulant et souvent drôle qui parle fort opportunément de « lien » ou de ce qui fait lien. Il s’agit de « Zeugma : Mémoire biblique et déluges contemporains » de Marc-Alain Ouaknin(Seuil, 2013. Points Essais). Une réflexion pertinente et perspicace sur « l’éthique du futur » -« le principe de responsabilité »- dans le Judaïsme. Nous avons déjà eu l’occasion d’en parler ici sur Pep’s café !

 

L’auteur : Rabbin et Docteur en Philosophie, Marc-Alain Ouaknin est professeur associé à l’Université Bar-Ilan de Ramat-Gan, en Israël. Il est l’auteur d’une quarantaine d’ouvrages sur le Judaïsme et la pensée philosophique juive.

 

Le livre :

Il s’agit, comme l’explique l’auteur(op. cit., p 20), « non pas d’un essai, mais plutôt d’un journal philosophique, où se croisent à la fois des notes sur l’éthique et l’arche de Noé, l’ours polaire et l’exégèse biblique, l’archéologie et les cathédrales englouties, l’humour et la théologie »(et même « la théoulogie »), et, surtout, l’énigme d’un mot grec : « zeugma », qui signifie « le pont », « le lien », « le joug » et « l’attelage ».

Le zeugma est une figure littéraire où s’exprime un lien insolite, incongru, riche de sens, entre des mots, des locutions, des phrases(Ex : le « Vêtu de probité candide et de lin blanc » de Victor Hugo, dans son « Booz endormi »)….un lien de nature à nous faire rêver, rire ou sourire et voyager… qui « raconte l’essence du lien, du rapport à l’autre et au monde »(op. cit., p 21).Mais Zeugma, « c’est aussi le nom d’une ville », un site découvert en 2007 par une mission archéologique dans la moyenne vallée de l’Euphrate, en Turquie, et menacé par la construction d’un barrage. Un site où trônait une mosaïque, la « Joconde de Zeugma » (cf illustration plus haut, qui est aussi la couverture de l’ouvrage).

Coïncidence ? Sans doute pas, ou alors avec « un grand D », car pour Marc-Alain Ouaknin, « Zeugma, c’est la confrontation de la technique et de l’éthique ».

 

« Zeugma » est donc ce fil conducteur qui nous permet, avec Marc-Alain Ouaknin, de revisiter le déluge biblique(Noé et son arche) de manière pluridisciplinaire pour mieux parler des « déluges contemporains »*. En référence au philosophe Hans Jonas et à son « principe de responsabilité », l’auteur nous invite à réfléchir sur « une éthique du futur ». Son principe ? Le fameux « Tu aimeras ton prochain comme toi-même » de Lévitique 19v18 doit se prolonger en « Tu aimeras ton lointain comme toi-même »(cf Luc 10v25-37). Celui que l’on ne connaît pas encore, car « caché », « pas encore né »…celui que « nos yeux ne seront plus là pour voir… »(Op. cit., pp 355-357)Car, selon la formule talmudique : « Ezéou Hakham ? Haroé èt hanolad ! » : « Qui est le sage ?** Celui qui voit le futur ! »(Op. cit., p 358) Ou celui qui dit, non pas « dans quel monde vivons-nous ? » mais « dans quel monde vivront-ils ? »

Bref, l’un de mes meilleurs livres depuis janvier 2015, qui, plaisant à lire et souvent drôle[quel livre profond a eu récemment cet effet sur vous ?], nous offre une réflexion biblique profonde et salutaire sur le passé, le présent et l’avenir, face aux « court-termismes ». Il nous invite également à redécouvir « la joie de penser », et plus exactement la joie de « penser en zeugma » : soit de construire des ponts entre des champs de savoirs apparemment indépendants les uns des autres pour mieux appréhender notre monde complexe. A l’heure de la pensée binaire et à l’heure « où l’on ne cherche plus que ce qu’on ce qu’on connaît déjà, à coups de fils rss, d’alertes google, ou de liens repérés par les amis Facebook, cultivant un entre-soi intellectuel assez dangereux »***, l’enjeu n’est pas mince. Et c’est tout le mérite de cet excellent livre. 

 

 

Notes :

* Les dérèglements économiques, sociaux, politiques, écologiques… qui ont cours dans notre monde préoccupent beaucoup Marc-Alain Ouaknin, qui s’en est expliqué sur http://cjnews.com/node/86803 :

« Le plus grand dérèglement auquel l’humanité est confrontée aujourd’hui est indéniablement le déluge d’information, celui des images et des paroles, qui ne permettent plus vraiment de se retrouver “chez soi” et qui submergent l’homme de rumeurs et d’informations à l’infini, noyant l’accès au livre, à la lecture et à l’interprétation, rendant difficile l’imagination créatrice qui ouvre à ce que la Philosophie nommait jadis “transcendance”. Nous sommes noyés par une technologie qui n’est plus maîtrisée, et qui n’est plus maîtrisable, qui propage des pléthores de rumeurs, d’informations… La communication nous assaille de toutes parts. Le téléphone, le téléphone cellulaire, l’ordinateur, l’ordinateur portable… régissent désormais nos vies. Chaque fois qu’on téléphone à quelqu’un, on lui demande: “Tu es où?” Comme si on ne pouvait plus être quelque part sans avoir à donner des explications et un compte rendu du lieu où on se trouve. C’est ce que j’appelle une crise de l’intime.

À partir du moment où on est surexposé dans l’information de soi par rapport aux autres, il n’y a plus la possibilité de se retrouver “chez soi” et d’avoir une intimité, ce qu’on appelle en grec l’oikos, qui est le véritable sens de l’écologie. L’écologie c’est le discours, la raison, la pensée de la maison, c’est-à-dire la pensée de l’intime. Or, aujourd’hui, la question de l’intime est absolument dévastée par cette surexposition du sujet qui fait, en fin de compte, qu’il n’y a presque plus de sujet. Dans le passé, le sujet était un “Je” ou un “Je suis” qui avait la capacité de se retirer dans un “chez soi”.

Les nouveaux “analphabètes” du XXIe siècle sont des personnes qui savent lire parfaitement et qui sont souvent lettrées. Nous vivons désormais ce que l’humanité a vécu aussi en 1492, quand l’imprimerie fut inventée. Nous assistons à une mutation du monde technologique. Aujourd’hui, grâce à Internet et à d’autres outils technologiques de communication très sophistiqués, nous avons accès instantanément à des kyrielles d’informations. Notre grand défi, ce n’est pas d’obtenir des informations, c’est d’apprendre à les hiérarchiser, les contextualiser, les analyser… Donc, aujourd’hui, on a une obligation de retourner à l’apprentissage de la lecture. L’humanité fait face à une nouvelle forme d’analphabétisation. Dans le passé, les analphabètes ne savaient pas lire. Aujourd’hui, les analphabètes savent lire. Tout le monde sait lire mais on est redevenus analphabètes parce qu’on ne sait pas comment lire un texte, c’est-à-dire comment avoir une compréhension réelle de celui-ci. Dans « La Torah expliquée aux enfants », j’explique pourquoi la tradition juive est une expérience et une pédagogie de la lecture basées sur l’esprit critique, la hiérarchisation et la complexification de la pensée. La Torah offre à l’homme la possibilité de se réconcilier avec la vie et la joie de penser ».

 

** Et la sagesse, souligne le blogueur « Pneumatis », c’est de « commencer par le commencement, de se soumettre à la pédagogie divine, d’être à l’écoute de la parole de Dieu, en relisant par exemple le livre des Proverbes « pour savoir sagesse et discipline, pour comprendre les dires de l’intelligence » (Pr 1,2). Car « la crainte de YHVH est le principe de la connaissance / sagesse et discipline, les fous, ils méprisent » (Pr 1,7). Et de nous inviter à relire « ce grand texte d’un père à son fils », et de le transmettre. « Le contraire serait sans doute mépriser la sagesse, endurcir notre coeur, et demeurer des serviteurs de Pharaon… au lieu de devenir des enfants du Seigneur »

*** C’est aussi le constat du blogueur « Koz », interviewé par « Les Cahiers libres ».

 

 

 

 

Publicités

3 réflexions sur “Zeugma : mémoire biblique et déluges contemporains

  1. Pingback: Enjeux écologiques et climatiques : des ressources pour s’informer, se sensibiliser, réfléchir et agir | PEP'S CAFE !

  2. Pingback: Ceux qui ne veulent pas et ceux qui ne veulent plus de facebook | PEP'S CAFE !

  3. Pingback: Le pseudonymat n’est pas un anonymat | PEP'S CAFE !

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s