« Cristeros » : pour prendre conscience que « le bonheur est de désirer ce que nous avons déjà…. »

Je ne fais jamais de « marronniers »*. Du coup, vous n’aurez pas droit à un billet sur le chiffre « 13 ». « Treize » embêtant pour vous ? J’espère que non.

Car « plus embêtant » encore est de ne pas prendre conscience de la richesse de ce que nous disposons, à portée de main. Quoi donc ?

Gaston Lagaffe(par Franquin) défend la cause de l'UNICEF

Gaston Lagaffe(par Franquin) défend la cause de l’UNICEF

Je me souviens d’un encart attribué à l’Unicef pour venir en aide au tiers monde et lutter contre la raréfaction de l’eau potable, publié en fin de la première édition de l’album 14 « La saga des gaffes »(Dupuis, 1982). On y voit Gaston Lagaffe prendre de l’eau au robinet tandis que des africains portent des bassines d’eau en plein désert.

Le message est le suivant : « vous faites souvent ce geste très simple, sans vous rendre compte de la chance que vous avez : de l’eau pure à portée de main ».
Et par association d’idées, passant du coq à l’âne, je passe au film « Cristeros », un drame historique** réalisé en 2012 et sorti en France le 14 mai 2014, pour découvrir un épisode méconnu de l’histoire : « l’histoire des dizaines de milliers de mexicains qui de 1926 à 1929 ont pris les armes et se sont levés contre l’interdiction des pratiques religieuses décidée par le président d’alors »***. Ceux qui ont lu « la puissance et la gloire » de Graham Greene se retrouveront certainement en terrain connu.
J’ai enfin pu voir ce film en DVD, disponible depuis le 06 janvier 2015.

"Cristeros", un drame historique de Dean Wright(2012), avec Andy Garcia.

« Cristeros », un drame historique de Dean Wright(2012), avec Andy Garcia.

Il s’agit là d’un excellent film, fort bien réalisé, pour la mémoire. Mais surtout, pour comprendre « la chance que vous avez sans vous en rendre compte » : celle de bénéficier de la tolérance religieuse et des conditions idéales (comparativement à d’autres pays) pour pratiquer et vivre votre foi.
Pourtant, vous êtes croyant, ou du moins, le croyez. Mais vous traînez les pieds pour aller à l’église(justifiant peut-être « théologiquement » que l’on peut être « chrétien » en solo), pour le culte et d’autres réunions (de prière, d’études bibliques ou d’édification). Ou alors vous allez faire vos courses le dimanche. Vous négligez la prière et la lecture de la Bible (Bibles que vous avez peut-être en plusieurs exemplaires à la maison). Votre bouche ne parle peut-être pas ou plus, car votre cœur n’est pas ou plus rempli de cette espérance censée être en vous-celle de l’Evangile de Jésus-Christ(Luc 6v45, cf Matt.12v34). Vous pouvez peut-être vivre sans vivre véritablement et concrètement votre foi.

Pourtant, vous vivez dans un pays (La France), où vous avez encore la liberté, plus que de « pratiquer », de vivre ce que vous croyez, et d’y annoncer(proclamer, affirmer) l’Evangile, quoique l’on dise, même si, parfois, cela peut ne pas être simple. Pour combien de temps encore ?
A voir, donc, « Cristeros », un film bien d’actualité, épique, fort et émouvant, où l’on proclame au péril de sa vie « Viva Cristo Rey ! ». Un film également source de multiples questions, à l’instar de celles que se pose Benoît, blogueur catholique qui attend le retour du Seigneur, et co-fondateur des « Cahiers libres » : « D’un côté, l’admiration sans faille pour ces résistants et cette question sourde : aurais-je eu leur courage ? Ne me serais-je pas défilé ? Aurais-je su m’opposer, jouer ma vie pour la liberté, pour la foi, pour l’homme, pour Dieu ? De l’autre, ce mot du Christ – tranchant comme un glaive – : Celui qui vit par l’épée mourra par l’épée (Mt 26, 52)….. Cette alternative entre résistance armée et résistance spirituelle est un glaive à double tranchant, un choix atroce. Choix au sujet duquel il est presque ridicule d’écrire un article de blog tant il est déchirant. Chaque versant à son danger. D’un côté le risque de la vengeance, de la haine, d’une prise des armes nous rendant semblable à nos ennemis. De l’autre le risque de la fuite de nos responsabilités temporelles, le risque de laisser les plus faibles se faire piétiner ».

 

Notes :

* « Marronnier » : Dans l’argot journalistique, le marronnier est un sujet qui revient de façon cyclique au fil des saisons (comme les feuilles des arbres).
Exemples : les prix de l’immobilier, la rentrée des classes, les soldes, les vœux, les Francs-Maçons, le classement des meilleurs lycées de France….
Les blogueurs n’y échappent pas non plus…

** Presque fidèle à la réalité. En savoir plus : http://histoire.blogs.la-croix.com/cristeros-necoutez-pas-les-critiques/2014/06/02/

Voir aussi http://www.films-sans-frontieres.fr/desiertoadentro/contexte-historique/ ; http://www.herodote.net/22_juin_1929-evenement-19290622.php

Et ces critiques(catholiques-aucune protestante ou évangélique) publiées sur les « Cahiers libres » ; Le « Padre blog » ; La vie.

*** cf http://cahierslibres.fr/2014/05/double-tranchant-du-glaive-cristeros/
En bref :

Cristeros (Titre original : For Greater Glory : The True Story of Cristiada )
Drame historique
Origine : Mexicain(2012)
2h23
Réalisateur : Dean Wright
Musique : James Horner
Avec :
Andy Garcia : Général Enrique Gorostieta Velarde
Eva Longoria : Tulita Gorostieta
Mauricio Kuri : José Sánchez del Río
Oscar Isaac : Victoriano «El Catorce» Ramírez
Eduardo Verástegui : Anacleto González Flores
Rubén Blades : Président Plutarco Elías Calles
Nestor Carbonell : Mayor Picazo
Bruce Greenwood : L’ambassadeur américain (Dwight Morrow)
Catalina Sandino Moreno : Adriana
Santiago Cabrera : Le père Vega
Et avec Peter O’Toole : Le père Christopher

Ed. dvd Saje Distribution(2014)
Vu en VOST-sachant que le film a été tourné en anglais et non en espagnol. Il est montrable aux jeunes à partir de 13 ans, dirai-je.
Le sujet : En 1926, un soulèvement populaire secoue le Mexique suite aux lois du président Callès, qui interdisent toutes pratiques religieuses dans l’ensemble du pays. Des hommes et des femmes de tous horizons, les Cristeros, vont alors risquer leur vie pour défendre leur liberté et lutter contre les persécutions menées par le gouvernement. Une des pages les plus sombres de l’Histoire du Mexique.

Bande annonce :

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s