Le discours d’un roi

Le discours d'un roi, film britannique de Tom Hooper(2010), avec Colin Firth et Geoffrey Rush

Le discours d’un roi, film britannique de Tom Hooper(2010), avec Colin Firth et Geoffrey Rush

A l’approche des Municipales, qui auront lieu les 23 et 30 mars prochains, les candidats se manifestent et font connaître programmes et valeurs.

Puisque l’on parle de programme et « profession de foi »,  l’on ne manquera donc pas de se replonger dans le Psaume 101 ou engagement-programme d’un souverain épris de justice…Lequel n’oublie pas de « balayer » d’abord « devant sa porte », affirmant avant tout le monde qu’il ne saurait y avoir « deux morales, celle de la vie privée et celle de la vie publique »*.

Ledit Roi(et aussi psalmiste)est David. Il adopte résolument une gouvernance marquée par la justice et le droit.  Sa vie même sera conforme aux exigences rappelées en 1 Sam. 10v25 ; 12v1-17, selon Deut.17v14-20.

Un programme-engagement qui ne saurait être réduit à celui d’un candidat à une élection locale(ou nationale), mais pouvant être étendu à d’autres domaines, dont la défense de toutes les causes….

Un programme pouvant également être complété par celui du Roi Lemuel (Prov.31v8-9)

Notes :

*Notamment avant Pierre Mendès France, ancien Président du conseil(premier ministre)sous la IVème République, qui disait, en 1976,  qu’« Il n’y a pas deux morales, celle de la vie privée (qui exige loyauté et honnêteté) et celle de la vie publique (où la rouerie, la manœuvre et le double jeu seraient permis). Seule cette cohérence entre promesses faites et promesses tenues justifiera et maintiendra la foi populaire. »

Publicités

2 réflexions sur “Le discours d’un roi

  1. Merci pour votre billet. Le roi David, son exemple, son état d’esprit, son cœur selon Dieu, oui, ( par exemple lorsque son prédécesseur le roi Saül lui fait les pires coups bas et qu’il ne se venge pas mais exprime l’honneur ), mais sans sa vie ensanglantée de guerrier ( d’autant plus si l’on met en lien ce billet avec un autre de vos billets – excellent – sur l’esprit violent, de revanche !) …

    Pour les habitués qui lisent le premier testament à la lumière du second, c’est une évidence mais pour certains autres lecteurs le dernier verset du psaume 101 que vous avez cité serait à expliciter pour une juste interprétation et application de nos jours.

    En effet, après qu’  » un de ceux qui étaient avec Jésus étendit la main, et tira son épée (…), frappa le serviteur du souverain sacrificateur, et lui emporta l’oreille » , Jésus ne dit-il pas dans l’évangile de Mathieu chapitre 26 aux versets 52  » Remets ton épée à sa place ; car tous ceux qui prendront l’épée périront par l’épée. » ?

  2. Bonjour Isy,
    merci pour votre commentaire.

    Vous faites bien de poser la question à propos du dernier verset du psaume 101, certes particulièrement « raide » et effectivement « à expliciter pour une juste interprétation et application de nos jours ».

    Comme expliqué précédemment, ce psaume ne saurait être lu ou utilisé comme une justification de la violence. Il est « le discours-programme-engagement », de vie et d’action, d’un Roi, que l’on pourrait résumer ainsi : fuir le mal et refuser toute corruption/compromission ; respecter toutes ses obligations personnelles et familiales; écarter les ambitieux; choisir comme collaborateurs des croyants sincères; rendre justice à tous.
    Évidemment, aujourd’hui, il ne s’agit pas de tuer qui que ce soit, mais de se livrer à une sorte de démarche ou d’opération anti-corruption et anti-compromission, qui ne se limiterait pas au spirituel ou au politique et qui commencerait chez soi et dans sa propre vie.
    Vu comme cela, ce portrait de ce roi « idéal », uniquement préoccupé de la gloire de Dieu, de justice et du bonheur de ses sujets, nous semble utopique.
    Cet idéal d’intégrité se retrouve ailleurs (Ps 72; Es. 9v5-6; 32v1-8), mais plus qu’un « rêve », il s’agit d’une exigence de Dieu, « qui est lumière »(cf 1 Jean 1v5) vis à vis de ses enfants. Lesquels enfants(devenus tels de cette façon : Jean 1v12 ; Jean 3 et 1 Jean 3) sont appelés « enfants de lumière », dont le fruit consiste « en toute sorte de bonté, de justice et de vérité »(Eph.5v9). Mais pour porter un tel fruit, il n’y a qu’un secret : « marcher dans la lumière » et être dans Sa communion(1 Jean 1v6-10), car « séparé de Lui, nous ne pouvons rien faire » ! cf Jean 15v4-5)

    Bonne journée à vous !
    Fraternellement,

    Pep’s

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s