« Si les fils sont des flèches, les parents sont des arcs(stables) »

L'équilibrage des roches par Petr Kratochvil Une génération solide, stable et libre ? Ou...

L’équilibrage des roches par Petr Kratochvil
Une génération solide, stable et libre ? Ou…

Le « mariage pour tous » et « la manif pour tous » feraient presque passer sous le radar une autre réforme sociétale(aux enjeux tout aussi essentiels)  :
la « refondation de l’école de la république » du ministre de l’éducation nationale Vincent Peillon (Voir aussi ici )

Après l’Assemblée nationale le 19 mars, le Sénat a adopté en première lecture dans la nuit de vendredi 24 à samedi 25/05 le projet de loi de refondation de l’Ecole. Il doit désormais retourner au Palais Bourbon, pour une seconde lecture.

De quoi s’agit-il exactement ?
Ce projet prévoit notamment d’introduire un enseignement obligatoire de la morale laïque. Morale laïque, dont le but est, pour le ministre qui s’est exprimé dans un entretien dans le JDD daté du 01/09/12, « de permettre à chaque élève de s’émanciper, car le point de départ de la laïcité c’est le respect absolu de la liberté de conscience. Pour donner la liberté du choix, il faut être capable d’arracher l’élève à tous les déterminismes, familial, ethnique, social, intellectuel, pour après faire un choix ».

Girouette par George Hodan ...Ou en perte de sens et de repères, « ballottée ça et là » ?

Girouette par George Hodan
…Ou en perte de sens et de repères, « ballottée ça et là » ?

Il s’agit aussi de lutter dès le plus jeune âge contre les stéréotypes de genre.

A ce sujet, comme le souligne un internaute sur le blog de Patrick de Plunkett, on se souviendra « de la polémique autour de la lettre que Vincent Peillon (avait écrite) aux recteurs, suite à celle d’Eric de Labarre aux enseignants des établissements catholiques. Au-delà du débat autour du projet de loi sur le « mariage pour tous », une question se pose: si aujourd’hui tant de couples hétérosexuels n’estiment plus nécessaire de se marier pour « protéger » leurs enfants (pacs, concubinage), pourquoi le mariage deviendrait-il si important pour protéger les enfants de couples homosexuels et leur « offrir un cadre juridique » ? N’y a t’il pas d’autres motifs derrière cette revendication?
Le mariage pour tous est la partie émergée d’un iceberg dont la lettre de M. Peillon permet d’entrevoir les contours :
au-delà de sa conception dangereuse de l’éducation (« Le gouvernement s’est engagé à s’appuyer sur la jeunesse pour changer les mentalités »), le ministre exprime avec force le positionnement inacceptable du gouvernement en matière d’éducation sexuelle dans les écoles. En particulier, il invite les recteurs « à relayer avec la plus grande énergie la campagne de communication relative à la « ligne azur» », dont voici une partie du contenu :
– théorie du genre:
http://www.ligneazur.org/sante-sexuelle/situations-individuelles-multiples;
– sensibilisation aux pratiques, par exemple :
http://www.ligneazur.org/Tomber-la-culotte, avec la brochure consultable sur le lien suivant (extraits en pj.): http://www.sida-info-service.org/sites/sida/IMG/tomber_la_culotte/.

« La ligne azur », un service soutenu par l’Education nationale depuis trois ans : l’actuel ministre de l’éducation nationale « déploie donc une campagne mise en place par le gouvernement précédent*.
Théorie du genre, normalisation de comportements sexuels, dogme du relativisme : tout cela fait partie d’un tout idéologique qui fait son chemin sans que les gens s’en aperçoivent vraiment, compte tenu de la banalisation médiatique et politique…. »

De fait, « les parents qui voudront transmettre leurs valeurs, leur religion ou leurs traditions à leurs enfants se heurteront donc à un projet qui vise à refonder la société via l’école, tout comme le projet Taubira qui refonde la filiation via le mariage… »**, comme le souligne « zardovoz », qui est aussi mère, dans un billet publié le 08/05/13 sur son blog, et intitulé  : « Ce que je veux pour mes enfants » .

Grand-père et petit-fils par George Hodan

Grand-père et petit-fils par George Hodan

Dénonçant le projet de refondation de l’école***, elle déclare surtout que ce qu’elle veut pour ses enfants « et le rôle de la cellule familiale est de leur transmettre à mon tour ce qui m’a été transmis : un ensemble de valeurs, une religion, une culture et tout ce que mes parents m’ont donné, tout ce qui fait aujourd’hui de moi ce que je suis, un individu fort, pensant, et conscient que ce sont mes racines et mon héritage qui me rendent libre.
Voilà ce que je veux pour mes enfants : au moins autant de chances que moi.
Non mes enfants n’appartiendront pas à l’Etat, pas plus qu’ils ne m’appartiendront à moi ; ils sont sujets et non objets. Ce qui m’appartient cependant, c’est le devoir de leur donner toutes les chances de se construire hors de tout endoctrinement, pour qu’ils puissent un jour offrir ces chances à leurs propres enfants.
Parce que notre héritage ne se limite pas à de l’actif imposable. »

« Voici, des fils sont un héritage de l’Éternel, Le fruit du sein maternel est une récompense.
Comme des flèches dans la main d’un homme fort, Tels sont les fils de la jeunesse ;
Heureux l’homme qui en a plein son carquois ! Ils ne seront pas confus, Quand ils parleront avec des ennemis à la porte », dit le psaume 127v3-5.

Jeune Hawks Ospreys par Christina Spiegeland

Jeune Hawks Ospreys par Christina Spiegeland

Mais si « les fils » sont « des flèches », les parents sont « des arcs » :

« Vous êtes les arcs par qui vos enfants, comme des flèches vivantes, sont projetés.
L’Archer voit le but sur le chemin de l’infini, et Il vous tend de Sa puissance
pour que Ses flèches puissent voler vite et loin.
Que votre tension par la main de l’Archer soit pour la joie;
Car de même qu’Il aime la flèche qui vole, Il aime l’arc qui est stable ».
(Khalil Gibran. Le Prophète)
Sur cette question « d’héritage », transmise par nos parents, grands-parents et les générations précédentes, un poème, jadis écrit en 1965 par un grand-oncle maternel(instituteur) me revient en mémoire :
« l’école ne sera sauvée que par ses anciens », nous a-t-on dit(…)
certes ! mais à une condition qui nous paraît vitale : elle sera sauvée par ceux(directeurs…..professeurs…)qui n’entretiendront pas dans l’esprit des jeunes dont ils ont la charge, la funeste illusion qu’ils peuvent se libérer seuls ;
par ceux qui ne craindront pas de leur dire :
défiez-vous de vos propres forces,
défiez-vous de vos richesses qui, déjà vous tiennent liées,
défiez-vous de vos préjugés de caste, de race, de religion,
défiez-vous de vos bonnes résolutions, fruits corrompus de la « vieille nature ».
Seule nous délivre,
seule nous sauve,
une rencontre personnelle avec le Christ Vivant !

L’Ecole sera sauvée par ceux qui, persuadés eux-mêmes de l’efficacité d’une telle rencontre, sauront le dire aux jeunes, dont ils ont la charge, en faisant suivre leurs paroles d’une fervente intercession.
Que les Anciens, aussi bien que les Actuels soient invités à cette croisade pacifique.
Ainsi pourrait se constituer un cercle de prières, un cercle invisible qui irait s’élargissant !
Et, en fin de compte, un tel cercle ne serait-il pas la véritable de l’Ecole ? »

(E.A., « Après avoir vu la première partie du film japonais « Rashomon » à l’Ecole des Roches ». 1965)

Notes :

*http://www.sos-homophobie.org/presidentielle/presidentielle-2012-reponses-de-nicolas-sarkozy-au-questionnaire-de-sos-homophobie  (voir notamment réponse 10)

**Un autre aspect de la « Refondation de l’école » pose également un problème pour la transmission : il s’agit de la volonté ministérielle du « tout numérique » à l’école. Nous y reviendrons dans un prochain billet.

***Voir aussi http://zardovoz.wordpress.com/2013/05/27/2013-annee-de-mobilisation-pour-la-doctrine-a-lecole/

Publicités

6 réflexions sur “« Si les fils sont des flèches, les parents sont des arcs(stables) »

  1. Ce n’est ni plus ni moins que la logique de la gauche internationaliste : éradiquer la part culturelle de l’être humain au profit d’un universalisme (culturel, ethnique, sexuel) utopique et destructeur… On sait ce que sont les conséquences : un repli communautariste de plus en plus visible en France, surtout dans son aspect religieux…

  2. Bonjour « Lyonnais », je vous remercie pour votre commentaire.
    Mais je ne vois nulle part de « la gauche internationaliste » dans ce fond idéologique, qui me paraît plutôt « libéral-libertaire ».
    Comme indiqué plus haut, « la ligne azur est un service soutenu par l’Education nationale depuis trois ans », soit mise en place par le gouvernement précédent(de droite libérale)qui avait laissé s’introduire le genre dans les manuels scolaires.
    L’actuel ministre de l’éducation nationale ne fait que poursuivre, en l’institutionnalisant, ce qui a déjà été entrepris avant.
    Comme je le relevais plus haut : « Théorie du genre, normalisation de comportements sexuels, dogme du relativisme : tout cela fait partie d’un tout idéologique qui fait son chemin sans que les gens s’en aperçoivent vraiment, compte tenu de la banalisation médiatique et politique… »

    D’autre part, nous devons combattre deux extrêmes, propres à dépersonnaliser l’homme pour mieux le manipuler :
    -l’un, libéral-libertaire(qui me paraît contradictoire avec le fond idéologique de la gauche, si je l’ai bien compris), dont « on sait ce que sont les conséquences » : le « sans limite », au nom du « progrès », et la marchandisation des vies transformées en « biens »(marchands), qui n’ont de « valeur » que si elles rapportent.

    -l’autre, exclusive, conduisant justement à un repli identitaire, « en réaction contre », et qui réduit le prochain à un groupe uniforme, diffus et confus(en le dépersonnalisant là aussi, amalgamant une confession avec son contraire intégriste-un peu comme si on considérait que les intégristes catholiques étaient représentatifs de l’Eglise catholique ou voire même, pendant qu’on y est, que Civitas prônerait la doctrine sociale de l’Eglise)

    Pour finir, hier soir, dans mon groupe d’étude et de partage biblique sur 1 Pierre 4(Pierre, qui s’adresse à ses lecteurs, chrétiens, persécutés, leur rappelant qu’ils sont « étrangers et en séjour », et « élus »), nous terminions par le fait que nous étions exhortés à nous en remettre à « Dieu, notre fidèle créateur », particulièrement lors d’une grande épreuve ou persécution.
    « Remettre à » ayant un sens de confier un bien précieux pour qu’il soit gardé en sûreté.

    Loin d’être réduit à un bien marchand et « bankable », ou à un argument électoral, nous sommes précieux pour Dieu. Vous êtes précieux pour Dieu, qui vous a sauvé, vous a racheté en donnant Son Fils pour vous(Jean 3v16) et veut que vous viviez une communion avec Lui, et qui s’intéresse et prend soin de vous. Et nous avons cette assurance :

    Dieu ne spécule pas avec notre vie. Nous pouvons nous en remettre à Lui avec confiance.

    Cordialement,
    « Pep’s »

  3. Bonjour,

    à votre demande, je précise ma pensée en l’argumentant : l’idéal de la gauche actuelle (avec la complicité passive de la droite parlementaire) est bien de gommer les différences culturelles, ethniques (voir la loi programmée sur l’interdiction du mot « races » : on nage en plein délire) au nom d’un hypothétique humanisme universel (pour la droite, c’est au nom du fric universel)… Au passage, l’idéal de l’extrême-droite (je ne parle pas ici des partis de « droite » patriotique comme le FN mais des groupuscules extrémistes qu’on retrouve un peu partout en Europe!) est d’ailleurs exactement le contraire : retourner au « clan », je dirai même au « clan pour le clan » (une autre absurdité!). Il y a en tout homme une dimension universelle (appelons çà la conscience) ET une dimension culturelle (où le facteur religieux est souvent prépondérant). Vouloir nier l’une au profit de l’autre ne peut qu’être destructeur pour les individus et la société.

    Et l’école là dedans? Et bien c’est le véhicule et l’outil des politiques dans le façonnage de la société à leur vue… Dans leur idée, les élèves sont de l’argile brute qu’on peut « travailler » de façon à leur faire penser « correctement »… Le problème, c’est que cette idée se heurte au réalités culturelles (encore une fois souvent d’origine religieuse) et crée chez certains (beaucoup) un différentiel qui mène droit au repli communautariste (je ne me lance pas dans des exemples « politiquement incorrects »….). L’école, et je reconnais que je ne l’ai pas souligné dans ma première intervention, est donc bien un point central du problème, mais c’est un moyen, pas une fin!

    Bien cordialement, avec mes remerciements et mes encouragements pour ce blog!

  4. Pingback: "L’Homme meilleur" : un projet (trans)humaniste "d’enfer" à décrypter dans le dernier Dan Brown | PEP'S CAFE !

  5. « une question se pose: si aujourd’hui tant de couples hétérosexuels n’estiment plus nécessaire de se marier pour « protéger » leurs enfants (pacs, concubinage), pourquoi le mariage deviendrait-il si important pour protéger les enfants de couples homosexuels et leur « offrir un cadre juridique » ? »
    Pourquoi ? Et bien, c’est très simple… Des parents hétérosexuels, pour offrir un cadre juridique à leur enfant, ont juste besoin, pour la mère d’accoucher, et pour le père, de le reconnaître à la mairie.
    Or, il est impossible, pour une mère lesbienne n’ayant pas porté son enfant, de le reconnaître. Et il n’était pas possible, avant l’adoption de cette loi, d’adopter un enfant à deux personnes du même sexe, alors qu’il était possible d’adopter un enfant en étant célibataire, soit réellement célibataire, soit en réalité en couple homosexuel, mais dans ce cas, un seul parent avait des droits parentaux, s’il venait à mourir, le lien entre l’enfant et l’autre parent pouvait être brisé comme s’il n’existait pas. D’ailleurs, l’argument anti mariage pour tous consistant à hurler qu’un enfant adopté a le droit à un père et une mère témoigne bien d’une homophobie, au moins inconsciente : où étaient ces manifestants pour clamer la même chose face à l’adoption d’un enfant par une seule personne (un père ou une mère) ? Un seul père ou une seule mère ne semblait poser problème à personne, mais deux pères ou deux mères, voilà que ce joli monde s’affole !

    « Ce qui m’appartient cependant, c’est le devoir de leur donner toutes les chances de se construire hors de tout endoctrinement, pour qu’ils puissent un jour offrir ces chances à leurs propres enfants. »
    N’est-ce pas pour le moins étrange de déclarer à la fois vouloir éduquer ses enfants dans une religion donnée et déclarer vouloir qu’ils se construise en dehors de tout endoctrinement ??? (avec tout le respect que j’ai pour les croyances d’autrui, une croyance reste une croyance, et imposer cette croyance à autrui, en particulier à des enfants, relève de l’endoctrinement). Ne peut-on pas laisser le choix de leur religion aux enfants ?

    Là où je suis totalement d’accord, par contre (ça fait au moins un point !), c’est dans le caractère profondément choquant de l’affirmation « les enfants appartiennent à l’Etat » (non, effectivement, il n’appartiennent ni à l’Etat, ni à leurs parents… ni à une Église donnée, en fait !).

    Bon, par contre, il faudra m’expliquer ce qu’il y a de profondément choquant dans le fait d’éduquer les enfants à ne pas discriminer les homosexuels (faut-il rappeler que la première cause de mortalité des jeunes homosexuel(le)s est encore le suicide, que les insultes qui fusent dans les cours de récréation ne sont pas dénuées de « tapette », « pédé », « tafiole », et que les crimes à caractère homophobes (viols et meurtres) existent toujours en France ? N’est-il pas sain d’éduquer les enfants à la tolérance ?).
    Tout comme il faudra m’expliquer ce qu’il y a de choquant à expliquer aux filles qui rêvent de devenir chimistes, pilotes d’avion ou chercheures au CNRS qu’elles en ont le droit, aux garçons qu’ils peuvent sans honte devenir infirmiers ou puériculteurs, et dire à tout ces enfants que jouer au ballon, à la poupée ou aux pirates n’est interdit à aucun des deux sexes ? Parce que les stéréotypes de genre, c’est ça, en fait…

  6. Bonsoir !
    Merci pour votre commentaire.
    Il me semble que mon billet précédent votre commentaire est pourtant clair.

    Concernant l’éducation, vous trouvez « pour le moins étrange de déclarer à la fois vouloir éduquer ses enfants dans une religion donnée et déclarer vouloir qu’ils se construise en dehors de tout endoctrinement ??? (avec tout le respect que j’ai pour les croyances d’autrui, une croyance reste une croyance, et imposer cette croyance à autrui, en particulier à des enfants, relève de l’endoctrinement). Ne peut-on pas laisser le choix de leur religion aux enfants ? »
    Je répondrai : si vous n’éduquez pas vos enfants, qui le fera à votre place ? Les médias, par exemple. Ou « internet », les jeux vdéos, ou d’autres personnes. Dans tous les cas, quelqu’un d’autre, pour leur communiquer n’importe quoi d’autre, qui ne sera pas neutre. Ou alors, un exemple tiré de la nature : ne vous occupez pas d’un jardin et vous verrez rapidement ce qui se passe…

    D’autre part, concernant la famille, je vous renvois à ceci : https://pepscafeleblogue.wordpress.com/2014/04/18/foireux-liens-3-grandir-et-vivre/ (voir notamment la référence à l’interview de Vincent Cheynet :
    Pourquoi notre dissociété casse-t-elle « la famille, dernier rempart du gratuit face à la marchandisation du monde » ?…une étape de l’invasion de nos vies par l’idéologie marchande de l’illimité…)

    Ensuite, sur le genre, voici d’excellents dossiers :

    – Un dossier spécial de huit pages de La Croix publié le mardi 12 novembre 2013 (avec notamment : http://www.la-croix.com/Actualite/France/Comprendre-les-enjeux-du-genre-2013-12-09-1073290 )

    – Un état des lieux avec le pasteur Luc Olekhnovitch dans « Connexions », le magazine du Cnef : http://connexions-magazine.fr/ressourcer-footer/dossier-de-la-redaction/229-theorie-s-etudes-de-genre-quelle-attitude-evangelique

    – La théorie du genre par le CPDH : http://www.cpdh.org/index.php/vie-sexuelle/gender/item/477-le-gender-avatar-de-la-toute-puissance

    – Face aux raccourcis et aux simplifications engendrés par la polémique médiatique, le philosophe Thibaud Collin décrypte les véritables enjeux de la théorie du genre : http://www.lefigaro.fr/vox/societe/2014/02/04/31003-20140204ARTFIG00142-la-theorie-du-genre-pour-les-nuls.php

    Et encore : https://pepscafeleblogue.wordpress.com/2014/01/15/sans-contrefacon-je-ne-suis-pas-un-garcondit-la-fille-le-dr-sax-et-les-differences-de-sexes/

    Pour finir, des positions évangéliques sur un autre sujet : http://1001questions.fr/aunomdejesus/?p=401 ; http://www.commission-ethique.fr/Textes_files/Aimer%20mon%20prochain%20homosexuel-v.2.pdf

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s