« C’est sous le radar qu’il faut guetter les pulsions de la société… »

 

Tour de contrôle par Petr Kratochvil

Tour de contrôle par Petr Kratochvil

J’ai longuement hésité avant de commenter l’événement qui suit. Particulièrement du fait de la nature de l’événement. Et de ce que cache cet événement.

Un certain Dominique Venner, 78 ans, s’est suicidé l’après-midi du 21/05/13 devant le maître-autel de Notre-Dame de Paris.

« Dominique qui ? » Il est probable que la plupart d’entre vous ignoraient jusqu’à aujourd’hui l’identité de cet essayiste et théoricien de l’extrême-droite.

C’est mon cas.

Que l’on ne le connaissait pas, c’est là « le plus frappant », au vu de sa longue biographie, et de sa non moins longue bibliographie », comme le constate Daniel Schneidermann, dans “Dominique qui ? Venner, sous le radar”, publié le 22/05/13 sur «Arrêt sur image ».

Pourquoi alors revenir sur ce drame et consacrer un billet à un parfait inconnu du grand public ? Pour plusieurs raisons :

1)Tout d’abord,  pour couper court à tout amalgame. Parce que les agences de presse ont affirmé que le dernier texte de son blog appelait à manifester le 26 mai contre « le mariage pour tous ». Or, et c’est là tout le malentendu, elles l’ont affirmé à tort.

Selon le journaliste Patrice de Plunkett,  dans un billet de son blog, datant du 21/05/13, intitulé « le suicidé de Notre-Dame »(un « étrange et sombre événement »), « il suffit de lire ce texte (sur le site du Point) pour voir qu’il qualifie dédaigneusement de « gentilles » les manifestations LMPT : selon Dominique Venner, ce type de rassemblement de masse ne « suffira pas ». À quoi ? À lutter, dit-il, contre « l’immigration afro-maghrébine », dont les conséquences sont « autrement catastrophiques que la détestable loi Taubira ». (Et « l’Eglise », ajoute Dominique Venner, fait partie de ceux qui ont « travaillé activement » à ce que la France tombe « au pouvoir des islamistes »). On voit que le monde mental du défunt était étranger, non seulement à celui des organisateurs des manifestations contre la loi, mais à celui de l’Eglise catholique.


2) Parce qu’il est essentiel d’éclairer la raison du suicide(mis en scène)
d’un païen assumé devant le maître-autel d’une cathédrale.

Car, l’a rappellé Gérard Leclerc, sur Radio Notre Dame,  le 23/05/13, « Dominique Venner s’est toujours réclamé d’un paganisme contraire au christianisme et il n’a jamais renoncé à polémiquer contre la vision biblique du monde à laquelle il reprochait son universalisme, solidaire de son monothéisme(…)sur son refus de la foi chrétienne, il ne transigea jamais, cultivant un différentialisme qui exaltait l’hétérogénéité des cultures, tout en professant un véritable culte de la force. Il rejoignait ainsi toute une thématique nietzschéenne».

Le geste de Dominique Venner, qui se veut sans doute spectaculaire, ne relèverait donc ni d’une défense des valeurs ni d’une volonté révolutionnaire, mais du nihilisme.
De quoi mesurer à quel point l’idéologie de cette homme était effectivement étrangère au christianisme.

Pourquoi s’attarder sur un tel fait divers ? Et pourquoi  s’attarder sur ce qui a nourrit un homme, semble-t-il, toute sa vie durant ?


3)Parce que ceux qui l’admirent et lui rendent hommage ne se taisent pas. Et parce qu’ interdire toute critique  pour contrer toute forme d' »hagiographie » ou contre toute tentation de fascination malsaine, c’est encourager une relecture de l’histoire. Ainsi que la banalisation de ses idées contraires à l’évangile.

Il est donc essentiel, à l’instar de Gérard Leclerc, de mettre en garde « contre la tentation de la fascination à l’égard de l’acte transgressif que(David Venner) a posé dans le lieu le plus symbolique qui soit. Il serait dangereux de ne pas avertir les jeunes gens, notamment, du caractère foncièrement ambigu du message qu’il a voulu adresser de la façon la plus spectaculaire. Il faudra peut-être prendre le temps d’analyser avec soin tous les motifs de son idéologie….. »

4)Et aussi, parce que, comme le souligne si bien Daniel Schneidermann, le fait « que Venner soit resté, jusqu’à sa mort, inconnu de ce que l’on appelle le « grand public », ne signifie pas que ses thèses ne rencontraient pas d’écho. Dans ce fameux dernier billet, Venner cite notamment, parmi ses compagnons de hantise, l’écrivain Jean Raspail, et son livre « Le camp des saints »,roman profondément raciste, et peut-être même fondateur du lepénisme actuel, rédigé en 1973. Raspail y dépeint la capitulation des élites françaises, confrontées à un déferlement, sur les côtes, de miséreux asiatiques. Ce roman a connu un beau succès et plusieurs rééditions, sans que Raspail, lui non plus, ne soit jamais invité dans les « grands medias » (…)

Bref, la mort de Venner nous rappelle, une fois de plus, que c’est sous le radar qu’il faut guetter les pulsions de la société ».

Il est enfin édifiant d’examiner, en comparaison des analyses ci-dessus, comment une même information est traitée ailleurs. Ici, par exemple, sur un blog « d’actualités chrétiennes », l’information traitée ressemble à une sorte de communiqué (avec les réactions de certaines personnalités politiques choisies) au ton se voulant curieusement « neutre ». Néanmoins,  la nature de ce traitement ne nous permet que difficilement de comprendre l’objectif du responsable du site. Et ce d’autant plus que l’on attend d’un journaliste qu’il rassure, explique, engage les gens à agir, et démonte les discours de la peur.

Chacun jugera.

Mais la plupart des commentaires (plus de 130 à ce jour-à lire à petites doses) qui suivent valent leur pesant de cacahuètes, dont celles du responsable du site lui-même : Rédaction 22 mai 2013 • 10 h 11 min « La problématique de l’immigration ne doit pas être regardé uniquement d’un point de vue économique. Et d’ailleurs, dans son article, Dominique Venner parle non pas d’économie, mais du danger de l’islamisation de la France. « 
Au milieu des 130 réactions, on notera celles de l’internaute « Guerinier », qui se présente comme un ex-FN converti et qui a du se sentir bien seul(comme quelques rares autres intervenants) :
GUERINIER 22 mai 2013 • 11 h 06 min  : Aucun CHRÉTIEN D’extrême droite ne peut atteindre le salut, nuance. Vous trouvez cela compatible vous ? J’étais, avant de rencontrer Jésus, d’extrême droite, je connais très bien ce parti aux idées dégueulasses….

Pour le coup, cela se passe de commentaire !