Notre regard sur le pauvre : la loi

Le 17 janvier de cette année, nous avions publié une introduction à une thématique intitulée : « Notre regard sur le pauvre, l’étranger et l’éprouvé»

Le présent billet, constituant la première partie de l’étude(qui n’a pas la prétention d’être exhaustive, mais de s’efforcer de questionner), nous invite, à travers un examen approfondi des Ecritures(Ancien et Nouveau Testaments) à rejoindre Dieu Lui-même, dans Sa façon de considérer le pauvre.

Il s’agit là d’un sujet majeur dans la Bible, puisque plus de 2000 versets de la Bible traitent des questions d’équité et de justice….

Hippopotame sur la fenêtre par George HodanLa pauvreté, l'injustice sociale...des sujets souvent oubliés...

Hippopotame sur la fenêtre par George Hodan
La pauvreté, l’injustice sociale…des sujets souvent oubliés…

Pourtant, lorsqu’on parle des « valeurs » ou « principes bibliques », on y englobe rarement les causes de la pauvreté et de l’injustice sociale. « … Dans les questions de morale individuelle, du respect de la vie (avortement, euthanasie, …), de morale sexuelle (l’homosexualité, …), lorsque des croyants interpellent les gouvernants, demandent que la loi impose la morale et manifestent, parfois dans la rue, leur mécontentement, il est peu demandé de justifier bibliquement les actions de plaidoyer (…) Pourquoi faire deux poids deux mesures : au loin, au près, questions morales, questions sociales », alors qu’ « il n’y a pas dans l’Ancien Testament de disjonction entre la justice sociale et la morale sexuelle » ?

Philippe Malidor, journaliste à Réforme, auteur et traducteur, dans « Si j’étais président…  – Le sel du scrutin présidentiel », Publié le 16/02/2012 dans http://www.editions-mennonites.fr/blog/ questionne également : « Dans les milieux chrétiens, singulièrement évangéliques, les débats tournent souvent autour des affaires de bioéthique. Il est vrai que celles-ci engagent, et pour longtemps, des choix de société dont la facture se paiera dans une ou deux générations. Les discussions autour de l’avortement ou de l’euthanasie ne sont absolument pas méprisables. Faut-il pour autant faire de ces sujets l’alpha et l’oméga du choix à faire devant l’urne ? Faut-il insister davantage sur les deux extrémités de l’existence terrestre au point d’occulter tout ce qu’il y a entre deux, c’est-à-dire, en l’occurrence, 65 millions de citoyens vivants ? Quid de la justice, de l’équité, de l’honnêteté en affaires, de la santé, de l’emploi, de l’éducation, de la morale publique, du droit d’opinion et de religion ? » 

Dans notre introduction, nous relevions que la présence du pauvre parmi nous questionne et dérange souvent, dans des contextes d’abondance, des situations de tentations de repli(identitaire)sur soi et face à une logique de « rétribution »(« bénédiction » ou « malédiction » selon nos actions).

L’Ancien Testament semble valider cette logique binaire « simple » et « de bon sens » : puisque la richesse y apparaît comme une bénédiction de Dieu (Gen. 13v2; 24v35; 26v13-14; 30v43… Deut 28v 3-12; Ps 1v1-3; Job 42,v10-12…), la pauvreté est donc la conséquence d’un jugement de Dieu et un châtiment ou une malédiction (par ex. Dt 28, 15-46).

Néanmoins, nous le verrons : ce n’est pas si simple.

Pour appréhender ce regard sur le pauvre dans la Parole de Dieu, il est nécessaire de procéder à une longue recherche sur plusieurs niveaux : ce qu’en dit la loi, les livres de la sagesse (psaumes, proverbes, Job), et les prophètes, pour l’Ancien testament. Et à l’heure où l’on peut lire que « Jésus n’a rien fait pour les pauvres », il importe de redécouvrir la place du pauvre et de la pauvreté, dans le message du Seigneur, dans les évangiles (notamment Luc), et dans tout le Nouveau Testament.

 

Qu’est-ce qu’un pauvre ? La pauvreté ? Existe-t-il différentes sortes de pauvreté ? Lesquelles ?

1)      La loi :

Q 1 : Relevez le principe posé en Nombres 34 et Nombres 35v1-8, et Lévitique 25.

Q 2 : Comparer Deut.15v 4 : « Toutefois, il n’y aura point d’indigent chez toi, car l’Éternel te bénira dans le pays que l’Éternel, ton Dieu, te fera posséder en héritage » et v7-8, 11 : « S’il y a chez toi quelque indigent d’entre tes frères, dans l’une de tes portes, au pays que l’Éternel, ton Dieu, te donne, tu n’endurciras point ton coeur et tu ne fermeras point ta main devant ton frère indigent. Mais tu lui ouvriras ta main, et tu lui prêteras de quoi pourvoir à ses besoins (…)Il y aura toujours des indigents dans le pays ; c’est pourquoi je te donne ce commandement : Tu ouvriras ta main à ton frère, au pauvre et à l’indigent dans ton pays. »

– Quelle peut être la raison de l’éventuelle présence du pauvre dans le pays, dans un contexte d’abondance ?

– Comment l’israélite doit-il considérer le pauvre, dans le pays ? Quelle attitude doit-il avoir envers lui ? (Bien lire le contexte de Deut.15)

Q 3 : Comparer Exode 20v 15 et Deut.5v19, avec Deut.23v25, 26 ; Deut. 24v19-21 ; Lévitique 19v9, 10 ; Lévitique 23v22 : quel droit prévoit la loi ? Pour qui ?

Q 4 : Que prévoit la loi la 7ème et la 50ème année ? (Lévitique 24v4-7, 11, 12)

Q 5 : Qu’est-il prévu, concernant l’offrande du pauvre ? (Lévitique 12v8, 14v21 et 27v8)

Q 6 : Qu’interdit la loi, concernant le faible ? (Exode 22v21-27)

: Qu’exige-t-elle vis-à-vis du pauvre ? (Exode 23v3, lévitique 19v15)

Q 7 : quels sont les devoirs du riche vis à vis du pauvre ?(Deut.16)

(A suivre)