40 jours sans viande, ni poisson : « soyons sobre pour veiller et prier »

Il y a quelques jours, je publiai un billet intitulé « jeûner pour avoir faim de Dieu », précédé d’un autre consacré à une étude de 1 Pierre 1-« une espérance vivante ».
On comprendra alors peut-être pourquoi mon attention a été retenue par une fort intéressante initiative, lors de la lecture d’un article de « Réforme » : « Initiative : un carême sans viande, ni poisson ».

Légumes frais par Mary LaFrance40 jours sans viande, ni poisson

Légumes frais par Mary LaFrance
40 jours sans viande, ni poisson

« Un chemin sans viande et sans poisson » pendant les 40 jours du carême, qui a commencé mercredi 13 février : voici une démarche originale proposée, sous forme de livret,  et dont la finalité est de « construire une espérance dans ce monde en proie au désespoir ». Les auteurs sont les « Chrétiens Unis pour la Terre »(CUT), un jeune mouvement qui allie foi et écologie. Et ce, alors que l’on découvre du cheval dans des lasagnes « pur bœuf » !

Une invitation à vivre une forme de sobriété radicale qui s’adresse à tout chrétien dans son quotidien. « Etre sobre » pour « veiller et prier » (1 Thes. 5 v 6 ; 1 Pier. 5 : 8)

Si je ne rejoins pas entièrement le mouvement CUT dans sa façon d’allier foi et écologie, j’estime que tout chrétien sera d’accord sur l’essentiel : veiller à ce que notre mode de vie ne soit ni une insulte, ni une menace, pour la création, dont Notre Père et Dieu sauveur est l’auteur, et dont nous sommes tous responsables. Ensuite, il est important qu’en toute chose, toute gloire et tout culte soit rendus à Dieu seul ! Chacun donc lira avec attention le livret et, « en éprouvant toute chose, retiendra ce qui est bon », en «s’abstenant de toute forme de mal» (1 Thes.5v21).

Les protestants-évangéliques se sentiront-ils concernés par une telle initiative ?  « De façon générale, les protestants ne font pas carême, une pratique considérée comme catholique et mettant l’accent sur les œuvres et le mérite », lit-on dans l’article de « Réforme ». Robin Sautter (pasteur à Arras, et l’un des animateurs du réseau « Bible et Création », qui participera à l’aventure) « rappelle que le jeûne était pratiqué par les Réformateurs ». Cette réalité est aujourd’hui plus répandue chez les évangéliques(certaines églises pratiquant un jeûne analogue, pour des raisons différentes) et les adventistes, dont la plupart sont végétariens. Le carême est aussi répandu « chez les luthéro-réformés hors de la France  », précise le pasteur. Cette année, en Allemagne, par exemple, les fidèles sont appelés à faire abstinence de… leur voiture pendant 40 jours. Cela s’appelle le « jeûne de l’auto ». De façon générale, les manières protestantes de faire carême sont plus sociales, c’est pourquoi Robin Sautter encourage ceux qui participent au carême sans viande et sans poisson à utiliser l’argent ainsi épargné pour faire un don ».

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s