« Jeûner pour avoir faim de Dieu » : Soyons des champions de jeûne !

Note : ce sujet a été proposé à des enfants/préados(10-14 ans), dans le cadre d’une leçon d' »école du dimanche ». Néanmoins, il peut tout à fait convenir à des adultes réunis pour une étude de groupe.

Accroche : diviser le groupe en quatre équipes et donner à chacune un carton numéroté.

Le carton 1 : « jeûner, c’est quoi ? De quoi jeûner ? »

Le carton 2 : « pourquoi et quand (à quelle occasion) jeûner ? »

Le carton 3 : « comment jeûner » : qu’est-ce qu’ « un bon jeûne » ? Un « mauvais jeûne » ?

Le carton 4 : « pour quoi (avec quelles conséquences) jeûner » ?

Consigne : chaque équipe réfléchit à sa question en chuchotant et en travaillant ensemble. Il est important de répondre par écrit, en exprimant ce que l’on pense vraiment et ce que l’on a compris de la question.

Récupérer les cartons et les disposer côté réponses en marguerite. Discuter des réponses.

Retourner à nouveau les cartes, une par une, pour relire les questions et passer à une nouvelle étape de la leçon :

 

I. Jeûner, c’est quoi ? Jeûner de quoi ?

 Le jeûne est en général une abstention totale ou partielle de nourriture/boisson pour une période déterminée et limitée.

C’est dans la Bible ? Le jeûne n’est pas dans la loi de Moïse (dans les 5 premiers livres), mais est une pratique courante des croyants de l’Ancien et du Nouveau Testament.

Connaissez-vous des personnages de la Bible qui ont jeûné ? Par exemple, Moïse. Au moins deux fois pendant 40 jours. David, « un homme selon le cœur de Dieu » (1 Sam 13.14), a jeûné six fois. Esdras, Néhémie, Esther, Elie, Joël et Daniel ont tous jeûné dans des circonstances de crise.

Jésus a jeûné 40 jours et a rappelé à ses disciples de jeûner en leur disant: « Lorsque vous jeûnez… » et non pas si vous jeûnez…

Le chrétien peut donc jeûner, et la Bible nous présente le jeûne comme quelque chose de bon, de profitable (pour qui ? On va le voir !) et d' »attendu ».

Lorsqu’on parle du jeûne, on pense souvent à un jeûne de nourriture. Certes. Mais il existe d’autres jeûnes possibles : par exemple, tout ce à quoi nous pouvons renoncer un temps pour mieux nous concentrer sur Dieu peut être considéré comme un jeûne.

Le jeûne devrait être limité dans le temps (sans doute pas plus de 40 jours, selon le maximum de Moïse et du Seigneur Jésus), particulièrement s’il s’agit d’un jeûne de nourriture. Des périodes prolongées sans manger sont néfastes pour le corps.

Ce que n’est pas le jeûne : Le jeûne n’est pas une punition pour le corps, mais une attention portée sur Dieu. Le jeûne n’est pas non plus un régime.

Ne jeûnons donc pas pour perdre du poids, mais

"Jeûnons pour avoir faim de Dieu !"Enfant qui a faim par George Hodan

« Jeûnons pour avoir faim de Dieu ! »
Enfant qui a faim par George Hodan

jeûnons pour « avoir faim de Dieu », c’est-à-dire pour approfondir votre relation avec Dieu.

Suis-je, moi, concerné par le jeûne ?

Tous peuvent jeûner. Certains ne peuvent pas jeûner de nourriture (les diabétiques ou les très jeunes enfants, par exemple), mais tous peuvent renoncer temporairement à quelque chose pour se rapprocher de Dieu.

 
II. Pourquoi et quand (à quelle occasion) jeûner ?

Il est important d’avoir une bonne raison, car ce n’est pas un record ! (Gare aux tentations !)

Première raison : Lecture de Daniel 9v1-6, 20

« ….Et je tournai ma face vers le Seigneur Dieu, pour le rechercher par la prière et la supplication, dans le jeûne, et le sac de la cendre. Et je priai l’Éternel, mon Dieu, et je fis ma confession, et je dis : Je te supplie, Seigneur, le Dieu grand et terrible, qui gardes l’alliance et la bonté envers ceux qui t’aiment et qui gardent tes commandements ! Nous avons péché, nous avons commis l’iniquité, nous avons agi méchamment, et nous nous sommes rebellés et nous nous sommes détournés de tes commandements et de tes ordonnances ; et nous n’avons pas écouté tes serviteurs les prophètes, qui parlaient en ton nom à nos rois, à nos princes, et à nos pères, et à tout le peuple du pays(…)

Et je parlais encore, et je priais et confessais mon péché et le péché de mon peuple Israël, et je présentais ma supplication devant l’Éternel, mon Dieu, pour la sainte montagne de mon Dieu, -je parlais encore en priant… »

Ici, Daniel s’humilie devant Dieu, manifestant à la fois de la tristesse(le genre de « tristesse » dont parle 2 cor.7v10) et de la repentance à cause du péché.

Celui des autres ? Non ! Le sien ! Daniel s’identifie aux péchés du peuple et les confesse comme s’ils étaient les siens. Comparer le « Nous » de Daniel avec le « je », « moi » du pharisien de la parabole racontée dans Luc 18v9-14.

Deuxième raison : Lecture d’Exode 34v27-28

« Moïse fut là avec l’Eternel quarante jours et quarante nuits. Il ne mangea point de pain, et il ne but point d’eau. Et l’Eternel écrivit sur les tables les paroles de l’alliance, les dix paroles »(« Jeûne de Moïse », lorsque Dieu a renouvelé son alliance avec le peuple).

Rechercher la volonté de Dieu : cela implique de se rendre disponible pour écouter Dieu et donc de se détourner de tout ce qui peut nous distraire. On n’est pas centré sur soi mais sur Dieu.

On cherche la face de Dieu et non pas sa main, c’est-à-dire pour « Lui forcer la main », obtenir un avantage.

Troisième raison : lecture de Daniel 10v1-3

« La troisième année de Cyrus, roi de Perse, une chose fut révélée à Daniel qui est appelé du nom de Belteshatsar ; et la chose est vraie, mais le temps d’épreuve déterminé est long. Et il comprit la chose et eut l’intelligence de la vision. En ces jours-là, moi Daniel, je menai deuil trois semaines entières ; je ne mangeai pas de pain agréable, et la chair et le vin n’entrèrent pas dans ma bouche ; et je ne m’oignis point, jusqu’à ce que trois semaines entières fussent accomplies. »

Intercéder en situation de détresse et de crise ; lors d’un combat spirituel (« jusqu’à l’accomplissement d’une parole »)

A noter que le jeûne et la prière sont les deux seules disciplines qui nous permettent de nous conformer aux exigences contenues en 2 Chroniques 7.14: « Si mon peuple sur qui est invoqué mon nom s’humilie, prie, et cherche ma face, et s’il se détourne de ses mauvaises voies, je l’exaucerai des cieux, je lui pardonnerai son péché, et je guérirai son pays. »

 

III. Comment jeûner ? Le « bon » et le « mauvais » jeûne : Matt.6v1, 16 ; Zach.7v1-6 ; Es.58

a) Se préparer au jeûne :

Il est essentiel d’examiner nos cœurs en ne cachant rien à Dieu. Confessons nos péchés, même les plus subtils (ex : orgueil, jalousie, « petits mensonges »…), et tout ce qui a pris la place de Jésus dans nos vies : loisirs, égoïsme, négliger de passer du temps avec Dieu (par la prière, la lecture de la Bible), notre réticence à partager notre foi, de mauvaises relations avec les membres de notre famille, nos camarades, des adultes…..

 b) Les enseignements du Seigneur Jésus sur le jeûne (Matt.4v1-4) sont précieux à cet égard :

Alors Jésus fut emmené au désert par l’Esprit, pour être tenté par le diable. Il jeûna durant quarante jours et quarante nuits, après quoi il eut faim. Et, s’approchant, le tentateur lui dit : « Si tu es Fils de Dieu, dis que ces pierres deviennent des pains. » Mais il répondit : « Il est écrit : Ce n’est pas de pain seul que vivra l’homme, mais de toute parole qui sort de la bouche de Dieu. » (Matthieu 4, 1-4)

Le jeûne n’est pas sans danger ; il peut devenir lui-même occasion de chute. Plutôt que d’être un moyen de s’approcher de Dieu, le jeûne peut même nous en éloigner.

Les tentations du jeûne :

Jésus lui-même, avant de débuter son ministère publique a jeûné pendant quarante jours. À la suite de ce jeûne, il a été tenté par Satan (Lire Matt. 4v 1-11; Luc 4v1-13). La première tentation de Jésus concerne justement la nourriture : en effet, le diable a éprouvé Jésus là où il perçoit une faille, soit là où Jésus a volontairement affaibli son corps humain.

L’Évangile nous dit qu’après avoir jeûné pendant quarante jours, Jésus « eut faim ». Le Tentateur suggère alors à Jésus de satisfaire sa faim en exerçant son pouvoir divin de changer des pierres en pain. Il est édifiant de constater que la réponse de Jésus face à la tentation est tirée du Deutéronome : Ce n’est pas de pain seulement que vivra l’homme, mais de toute parole qui sort de la bouche de Dieu (Deut. 8v 3).

Ici, le « pain » ne signifie pas seulement la nourriture dont l’homme a besoin pour vivre, mais plutôt tout ce qui satisfait nos désirs et excite nos sens…tout ce qui n’est pas Dieu lui-même.

La réponse de Jésus à Satan dénonce le mensonge du Malin (« si tu es Fils de Dieu » ressemble au « quoi, Dieu a dit » de Genèse 3), que l’homme peut trouver la vie éternelle ailleurs qu’en Dieu lui-même. C’est le même mensonge que le Tentateur proféra à Adam : « Vous ne mourrez pas ! Le jour où vous en mangerez, vos yeux s’ouvriront et vous serez comme des dieux qui connaissent ce qui est bien ou mal. » (Gn 3, 5).

L’important n’est donc pas la satisfaction immédiate de tous nos désirs, mais de dépendre de Dieu seul.

La maîtrise de soi est aussi le fruit de l’Esprit, cf Galates 5v22.

Jeune femme s'ennuie par Petr KratochvilIl est essentiel de savoir se ménager du temps sans distraction, pour être à l'écoute de Dieu

Jeune femme s’ennuie par Petr Kratochvil
Il est essentiel de savoir se ménager du temps sans distraction, pour être à l’écoute de Dieu

Le jeûne de Jésus a eu lieu « au désert », c’est-à-dire dans un lieu où il y a peu de « distractions », bien loin de ce qui nous « distrait » de Dieu.

Notre désert est donc le lieu où je suis seul avec Dieu.

Mais le désert est aussi le lieu de la tentation : le moment le plus propice à la rencontre avec Dieu est aussi le moment où le Malin cherche à nous faire chuter. Si Jésus a été tenté suite à son jeûne, comment peut-on imaginer pouvoir échapper de la tentation ?

Si donc le jeûne comporte sa part de dangers, comment pouvons-nous nous préparer à une lutte  inévitable ? Jésus nous donne une réponse dans le texte de l’Évangile de Marc : « Cette espèce-là ne peut sortir que par la prière et le jeûne. » (Marc 9v25-29).

Jésus nous enseigne ici à associer la prière au jeûne, si nous voulons expulser les « esprits impurs » qui cherchent à s’installer en nous.

Certains appellent cela : « respiration spirituelle ». Si l’on est conscient d’un péché, on « expire » en le confessant immédiatement et sincèrement. Puis on enchaîne en « inspirant »,  en invitant le Seigneur Jésus à reprendre le contrôle de notre vie(cf 1 Jean 1-2). Faisons-le avec foi, avec la confiance et la certitude que Dieu nous permettra de résister, et à la tentation de pécher, et à la tentation d’abandonner notre jeûne.

 

IV. Pour quoi (quelles conséquences) jeûner ?

Un paradoxe : si l’on ne montre pas que l’on jeûne, ça se voit !

 

Matthieu 6v16-18 nous enseigne et nous met en garde concernant l’une des tentations accompagnant le jeûne.

« Quand vous jeûnez, ne vous donnez pas un air sombre, comme font les hypocrites : ils prennent une mine défaite pour que les hommes voient bien qu’ils jeûnent. En vérité, je vous le dit : ils tiennent déjà leur récompense. Pour toi, quand tu jeûnes, parfume ta tête et lave ton visage, pour que ton jeûne soit connu, non des hommes, mais de ton Père qui est là, dans le secret ; et ton Père, qui voit dans le secret, te le rendra. »(Matthieu 6, 16-18)

Le jeûne n’est pas un but en soi, ni un record à battre.

Il est important de ne pas attirer l’attention sur soi ou de rechercher les « bravo » des hommes parce qu’on jeûne.  L’important n’est pas de montrer que l’on jeûne ou prie, car cela fait partie de notre vie intime avec Dieu. C’est une offrande à Dieu et non aux hommes. Ce que l’on doit voir, c’est le résultat de ce temps d’intimité (de cette « vie secrète » avec Dieu) dans nos vies, nos rapports avec les autres.

Le jeûne ne doit pas nous éloigner des autres ou nous inciter à nous croire supérieur, « super-spirituel », mais nous rapprocher des autres.

Un « mauvais jeûne » :

« Pourquoi avons-nous jeûné, et tu ne l’as pas vu ? et avons-nous affligé nos âmes, et tu ne le sais pas? Voici, au jour de vos jeûnes, vous cherchez votre plaisir, et vous exigez durement tous les travaux qui vous sont dus. Voici, vous jeûnez pour contester et quereller, et pour frapper d’un poing méchant. Vous ne jeûnez pas maintenant, pour faire entendre votre voix en haut. Est-ce un jeûne comme celui-là que j’ai choisi, un jour où un homme afflige son âme? Courber sa tête comme un roseau, et étendre sous soi le sac et la cendre, appelleras-tu cela un jeûne, et un jour agréable à l’Éternel ? »(Es.58v3-5)

« Le jeûne auquel l’Éternel prend plaisir… »

« Ainsi parle l’Éternel des armées, disant: Prononcez des jugements de vérité, et usez de bonté et de miséricorde l’un envers l’autre, et n’opprimez pas la veuve et l’orphelin, l’étranger et l’affligé; et ne méditez pas le mal dans votre coeur, l’un contre l’autre ».(Zach.7v9-10)

« ….qu’on rompe les chaînes de l’iniquité, qu’on fasse tomber les liens du joug, et qu’on renvoie libres les opprimés, et que vous brisiez tout joug…que tu partages ton pain avec celui qui a faim, et que tu fasses entrer dans la maison les affligés qui errent sans asile(…)quand tu vois un homme nu, que tu le couvres, et que tu ne te caches pas à ta propre chair(…)Alors ta lumière jaillira comme l’aurore et ta santé germera promptement, et ta justice marchera devant toi, la gloire de l’Éternel sera ton arrière-garde »(Es.58v6-8)

Quelques « bons » résultats d’un temps de jeûne : Ex.34v29 (« Moïse ne savait pas que la peau de son visage rayonnait à la suite de son entretien avec l’Eternel ») et Daniel 1v15-21(« Daniel et ses amis avaient meilleure mine que tous les jeunes qui mangeaient les mets du roi »)

Et pour nous ? Quels fruits manifester dans nos vies ? Par exemple, les fruits de la lumière : « bonté, justice, vérité »(Eph.5v8-9)

 

En bref :

Le but du jeûne est de renoncer un temps à ce à quoi nous passons le plus de temps, pour que nous nous rapprochions de Dieu. Le jeûne est une manière de montrer à Dieu, et à nous-mêmes, que nous sommes sérieux dans notre relation avec lui (Ex : « Dieu est le Seigneur de ma vie »).

Le jeûne n’est pas une manière de forcer Dieu à faire ce que nous voulons. Le jeûne nous transforme nous, pas Dieu.

Le jeûne :

– nous rend humble (et pas vantard) devant Dieu

-nous rapproche de Dieu et des autres

-nous réveille

-nous transforme

-est associé à la prière

-est un combat spirituel

Soyons donc des « champions de jeûne ! »

 

Versets à retenir : les réponses du Seigneur Jésus au diable, au moment de la tentation.

L’homme ne vivra pas de pain seulement, mais de toute parole qui sort de la bouche de Dieu.(Matt.4v4)

Tu ne tenteras point le Seigneur ton Dieu.(v7)

Tu adoreras le Seigneur ton Dieu, et tu le serviras lui seul.(v10)

Publicités

8 réflexions sur “« Jeûner pour avoir faim de Dieu » : Soyons des champions de jeûne !

  1. Fichtre! c’est trop long à lire pour moi ! Mais merci pour cet apport.
    Ne pas oublier la femme enceinte dans la liste de personnes qui ne devraient pas jeûner sauf si c’est pour jeûner de café, de sucreries ou de cigarettes.
    Bonne continuation sur le blogue !

  2. En effet ! Je vous remercie de l’avoir signalé ! En effet, les femmes enceintes sont dispenser de jeûner, sauf de toutes ces choses que vous mentionnez. J’y ajouterai aussi le vin et les alcools !

  3. Pingback: 40 jours sans viande, ni poisson : « soyons sobre pour veiller et prier  | «PEP'S CAFE !

  4. Pingback: « Comment être à côté de la plaque concernant Jésus…» (Marc 8-9) | PEP'S CAFE !

  5. Pingback: "Tu as un secret, qui met du sel dans ta vie…" | PEP'S CAFE !

  6. Pingback: Un protestant-évangélique peut-il « faire le carême » ? Comment jeûner non « de façon religieuse » mais « biblique » ? | PEP'S CAFE !

  7. Pingback: Le top du blogue : Les articles les plus cliqués sur PEP’S CAFE en 2017 | PEP'S CAFE !

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s