« Quand l’écoute est un puits » : critique de « Et il dit » d’Erri de Luca

Vous avez peut-être déjà médité ce paradoxe, comme quoi « Dieu ne se voit pas mais s’écoute »(ou « on ne voit peut-être pas Dieu mais Il parle »), alors que « les idoles se voient mais ne parlent pas »(Psaume 115).

Vous vous souvenez peut-être, dans votre dernière lecture de l’Exode ou du Deutéronome, que Dieu ne s’était pas montré lorsqu’il donna les 10 commandements(ou « 10 paroles »)à son peuple :

« l’Éternel vous parla du milieu du feu; vous entendiez la voix de ses paroles, mais vous ne vîtes aucune forme, seulement vous entendiez une voix. Et il vous déclara son alliance, qu’il vous commanda de pratiquer, les dix paroles; et il les écrivit sur deux tables de pierre (Deut.4v12-13)….de peur que vous ne vous corrompiez, et que vous ne vous fassiez quelque image taillée, la forme d’une image quelconque, la figure d’un mâle ou d’une femelle, la figure de quelque bête qui soit sur la terre, la figure de quelque oiseau ailé qui vole dans les cieux, la figure de quelque reptile du sol, la figure de quelque poisson qui soit dans les eaux, au-dessous de la terre ;et de peur que tu ne lèves tes yeux vers les cieux et que tu ne voies le soleil, et la lune et les étoiles, toute l’armée des cieux, et que tu ne te laisses séduire et ne te prosternes devant eux, et ne les serves: lesquels l’Éternel, ton Dieu, a donnés en partage à tous les peuples, sous tous les cieux ».(v15-19)

Et puisque vous avez sans doute déjà pris conscience que vous avez deux oreilles et une seule bouche, vous en conclurez alors que c’est en tant que Dieu de la Parole que Dieu s’est révélé à Son peuple, pour que celui-ci soit attentif à sa voix.

écouter de la musique par Petr Kratochvil« L’Éternel vous parla (…) vous entendiez la voix de ses paroles, mais vous ne vîtes aucune forme, seulement vous entendiez une voix »(Deut.4v12)

écouter de la musique par Petr Kratochvil
« L’Éternel vous parla (…) vous entendiez la voix de ses paroles, mais vous ne vîtes aucune forme, seulement vous entendiez une voix »(Deut.4v12)

Soit donc que nous devons l’écouter, en renonçant à nous construire des images(mentales ou non, mais qui seront toujours fausses car réductrices)de Dieu.

Pourquoi lire, ou relire, les 10 commandements, aujourd’hui ? Surtout nous, « non-juifs » ?

Je me souviens d’un autre paradoxe, raconté par Josué Turnil, de Juifs Pour Jésus: « l’Ancien Testament a été écrit pour les non-juifs et le Nouveau Testament, pour les juifs. »

Erri de Luca, dont j’ai déjà parlé ici, est justement un « non-juif », qui a « voulu quitter la terre des 10 plaies », et qui s’est « ajouté à un peuple qui sortait le bras levé et le chant dans la gorge ». Mais qui, paradoxalement, reste-pour le moment-en marge, « à la queue du peuple du Sinaï ». Il déclare partager « le voyage du judaïsme, par l’arrivée. » Sa « part de manne est assurée par des lectures en hébreu, ouvertes avant le jour. »Il « partage l’aube avec celui qui se tait et écoute. »*

L’écoute et les(10)Paroles sont au coeur de ce livre d’Erri de Luca, qui a justement pour titre « Et Il dit ». L’auteur raconte les 10 commandements, dans ce qui n’est pas un commentaire de la Bible, mais une forme de fiction poétique(dans une langue qui rappelle la poésie biblique). Il donne à réentendre ou réécouter, dans le texte, 10 Paroles que l’on croirait anciennes et connues, et nous invite, dans cette relecture, à reconsidérer qu’elles sont plus que jamais fort actuelles et pertinentes pour notre temps.

Les gouttes d'eau par George Hodan"L'écoute est une citerne..."

Les gouttes d’eau par George Hodan
« L’écoute est une citerne… »

Comme le peuple, le lecteur apprend ainsi qu’« au pied du Sinaï, l’écoute est une citerne dans laquelle se déverse une eau de ciel de paroles scandées à gouttes de syllabes » et que « l’écoute est un puits qui les garde entières, on peut en prendre là chaque fois sans qu’il en manque une. »**

« Examinons toute chose et retenons ce qui est bon »(1 Thes.5v21-22). Et n’oublions pas de revenir à la source, aux Ecritures, qui « témoignent de Christ »(Jean 5v39 et Luc 24v27, 44).

(* Et Il dit. Gallimard. « Du monde entier », 2012, pp. 101-102 ; ** op. cit., p45)

Une réflexion sur “« Quand l’écoute est un puits » : critique de « Et il dit » d’Erri de Luca

  1. Pingback: L’action du mois : lire un (vrai) livre, pour mieux écouter et rester humble… | PEP'S CAFE !

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s